Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/10/2006

Le Président défend les intérêts de la France en Chine

Airbus a créé la surprise en arrachant jeudi in extremis un gros contrat en Chine, au deuxième jour de la visite d'Etat de Jacques Chirac qui a invité Pékin à continuer à jouer collectif sur les grands dossiers internationaux, notamment nucléaires.

Alors qu'aucun contrat spectaculaire n'était attendu au cours de cette visite, le PDG d'Airbus Louis Gallois a négocié jusqu'au dernier moment la livraison de 150 Airbus de la famille A320, combinée avec l'implantation d'une chaîne d'assemblage des A320.

Jacques Chirac a de son côté demandé à la Chine, appelée à devenir "l'une des plus grandes, si ce n'est la plus grande puissance du monde", de continuer à tenir ses responsabilités, notamment en matière de prolifération nucléaire.

Et devant un millier d'étudiants de l'Université de Pékin, M. Chirac a souligné "l'exigence d'une discipline collective" qui "doit nous conduire à prendre les mesures nécessaires quand un pays bafoue ses engagements et menace la paix". "Face au comportement de la Corée du Nord ou de l'Iran, le multilatéralisme doit être efficace", a-t-il souligné en louant "le sens des responsabilités dont la Chine a fait preuve" jusqu'à présent face à Pyongyang, ainsi que sa participation à la force de l'ONU au Liban.

Le président français a également souhaité que la Chine joue aussi collectif en matière de lutte pour l'environnement, soulignant que "les décisions et les choix de la Chine auront, du fait de sa taille et de sa croissance, un impact considérable sur le réchauffement de notre planète et la préservation des équilibres environnementaux". "La Chine, dont chacun admire la croissance est le premier émetteur mondial d'oxyde de souffre et le deuxième émetteur de CO2", a-t-il prévenu en se demandant "à quoi servirait le progrès économique si le monde devait devenir irrespirable?".

"La Chine et la France soulignent la nécessité de promouvoir et de protéger les droits de l'homme conformément aux buts et aux principes de la charte de l'ONU en respectant l'universalité de ces droits", indique le texte. "Tout en tenant compte des spécificités de chacun, il est du devoir des Etats de promouvoir et de protéger tous les droits de l'homme et toutes les libertés fondamentales", poursuit la déclaration, l'un des 14 documents signés jeudi entre les deux pays.

Les commentaires sont fermés.