Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/01/2007

Jacques Chirac plus déterminé que jamais.

 Voeux_elysee_31_12_2006

S'engager "pleinement" dans le débat avant les élections du printemps: c'est le souhait de Jacques Chirac, qui a invité dimanche ses compatriotes à se rassembler autour des "valeurs qui font la France".

Loin de se retirer du jeu, le chef de l'Etat a affirmé lors de ses douzièmes voeux aux Français son désir de rester à la barre et de faire entendre sa voix dans la campagne à venir.

Il s'est toutefois gardé de se prononcer sur une éventuelle nouvelle candidature présidentielle.

Pour ce dernier message de nouvel an de son quinquennat qui s'achève en mai, le président de la République s'est exprimé devant un drapeau français mouvant, déployé à côté de celui de l'Union européenne.

"Parce que j'aime passionnément la France, je me bats pour qu'elle prenne toute sa place dans ce nouveau monde tout en restant fidèle à elle-même", a-t-il déclaré dans son intervention d'une dizaine de minutes diffusée sur les grandes chaînes. "Je me bats pour que chaque Français, pour que chaque jeune en particulier, ait sa chance, où qu'il vive et quelles que soient ses origines".

Jacques Chirac, qui avait placé 2006 sous le signe de l'action, a demandé au gouvernement de rester "au travail" d'ici les élections "pour la sécurité, pour l'emploi, pour le pouvoir d'achat".

A l'approche des "choix décisifs" du printemps, il a plaidé en faveur de "débats ouverts, démocratiques et responsables" dans lesquels il veut s'engager "pleinement". Il a demandé à ses compatriotes de se porter garants des valeurs de la "France", un mot prononcé pas moins de 12 fois dans son message.

"Oui, nous pouvons être fiers d'être Français ! Ne cherchons à imiter. Soyons nous-mêmes", a-t-il lancé avant de conclure : "Vous êtes le peuple souverain. La France a besoin de chacune et de chacun d'entre vous. Elle compte sur vous".

RASSEMBLER AUTOUR DES VALEURS QUI FONT LA FRANCE

Sans s'appesantir sur son bilan, Jacques Chirac s'est félicité des résultats du gouvernement en matière d'emploi et a salué les avancées obtenues dans les trois chantiers prioritaires de son quinquennat : la sécurité routière, la lutte contre le cancer et l'aide aux personnes handicapées.

"Bien sûr, je voudrais que les choses avancent plus vite, et qu'elles avancent mieux pour chacun de vous", a-t-il reconnu, avant de vanter les mérites d'une France qui "s'affirme".

A l'adresse de ceux qui animeront la campagne, le président a dégagé cinq priorités : le rassemblement des Français, le progrès économique et social, la responsabilité de la France dans le monde, l'Europe et l'environnement.

Jacques Chirac, élu en 2002 face au candidat du Front national Jean-Marie Le Pen, a mis en garde contre les "apprentis sorciers de l'extrémisme".

Il a insisté sur les "valeurs qui font la France" que sont "la liberté, l'humanisme, le respect, et notamment le respect de la diversité et des différences, la laïcité, le combat contre le racisme, l'antisémitisme, le communautarisme".

A l'adresse des socialistes, il a mis en garde contre "les idéologies, les illusions", et le "retour aux recettes qui ne marchent pas".

Sur la scène internationale, Jacques Chirac a rappelé que la France avait "vocation" et "intérêt" à "affirmer sa voix avec force et avec indépendance pour la paix et pour la justice".

Alors que la mode en politique est à la légèreté dans les propos, l'inconstance dans les discours, Jacques Chirac reste fidèle à lui-même, fidèle à l'ambition qu'il nourrit pour la France, fidèle à la tradition gaulliste et républicaine dans laquelle se reconnait l'immense majorité des français. Face aux vieilles recettes, aux idéologies, aux extrémismes, à l'incompétence des uns et à la faiblesse des autres le président  n'est il pas le seul homme d'Etat digne de ce nom capablr de porter un grand projet national ? La réponse est oui incontestablement. Rassemblons nous autour de sa candidature !!!

Commentaires

La Rupture à la Raffarin : qu’importe la France…

M. Raffarin s’est distingué en tant que Premier Ministre par son courage politique et par sa volonté de sauver les acquis des français par des réformes difficiles mais nécessaires. Des réformes pour assurer la continuité afin d’éviter la rupture. En donnant son soutien et celui de 140 députés à Sarkozy il paraît qu’il veut faire une rupture avec sa propre politique : au lieu de risquer son poste en portant le drapeau de la France, il veut sauver son poste et qu’importe la France (et les français pour lesquels il se battait). Il n’a pas manqué de le dire clairement lors de la réception de Sarkozy, en s’adressant aux présents : « il y a de la place pour tous ». En quelques mots : on doit sauver nos postes, qu’importent les postes des français ! J’aurais compris cela du libérale/égoïste Sarkozy, mais de l’entendre d’un grand homme politique… !

Si l’UMP appartient aujourd’hui au lobby Sarkoziste, comme le PS, c’est bon à savoir. Car ceux qui votaient à droite et au centre pour l’UMP et qui ne veulent pas de la politique de Sarkozy, n’ont qu’une chose à faire : laisser tomber l’UMP…et ceux des députés qui suivent Sarkozy par ce « qu’il y a de la place pour eux ». Comme les députés peuvent être égoïstes, les français doivent se dire : je ne vote pas Sarkozy (présidentielle) et UMP (législative !!!). Qu’importe l’UMP et les députés UMP, ce qui importe c’est mon emploi, ma sécurité sociale, ma retraite, mes services publics, l’enseignement de mes enfants, …càd tous ce que Sarkozy abolira progressivement avec son libéralisme au bénéfice du lobby S.….iste.

J’aurais pu comparer le comportement de M. Raffarin et des 140 à celui d’un jeune dans un quartier difficile : le jeune peut décider d’intégrer une bande pour éviter d’être harcelé ou battu, et bénéficier ainsi des avantages qu’elle offre. Le jeune pourrait aussi dire, comme Raffarin, qu’il peut « témoigner des qualités de diriger » le quartier d’un tel caïd du quartier (comme si la qualité de diriger est le seul critère pour avoir un bon dirigeant!). Nous savons qu’un tel comportement tout en protégeant le jeune des bandes n’est pas le mieux pour la communauté. Nous savons que le soutien de M. Raffarin à Sarkozy n’est pas dans l’intérêt de la France.

On pourrait s’interroger sur ce qui contraint M. Raffarin à prendre une telle décision. S’agit-il d’un sentiment de faiblesse ? Pas étonnant vu les méthodes de démoralisation pratiquées par le lobby Sarkoziste (medias, …). Mais au lieu de se soumettre au dictat du lobby S…..iste il aurait pu soutenir M. Dominique de Villepin, le seul et vrai grand adversaire de Sarkozy. Monsieur de Villepin subit le même lynchage politique que M. Raffarin. Sarkozy a trahi aussi bien Raffarin que de Villepin (pour ne pas parler des autres). Au lieu de jouer l’unité (cher à M. Raffarin) Sarkozy a joué de façon égoïste et a essayé de tirer un profit personnel des difficultés des gouvernements auxquels il appartenait ! Et il s’est lancé en campagne en utilisant sa fonction de ministre et surtout la machine de l’UMP pour son seul avantage (si c’était un chef d’entreprise on sait de quoi il aurait été accusé). Sarkozy est comme un joueur qui quitte le terrain durant un match pour signer des autographes : si son équipe gagne il dit que c’est grâce à lui (et se laisse photographier pendant que les autres travaillent !), et si elle perd il dit qu’il n’en fait pas parti (pour ne pas dire qu’il siffle contre son équipe du bord du terrain!). Voilà le niveau de moral qu’on peut lui attribuer…en conformité avec le libéralisme/égoïsme qu’il veut imposer à tous les français.

Monsieur Raffarin a dit qu’il soutiendrait Sarkozy au sein de l’UMP-Sarkoziste, et j’espère qu’il soutiendra autant sinon plus Monsieur Dominique de Villepin quand il se présentera (et il est temps!) en dehors de l’UMP, pour les raisons suivantes :

A qui préfère-t-il, M. Raffarin, confier le sort et l’avenir

- de la SECURITE SOCIALE : à Sarkozy ou à M. de Villepin ? Le premier la vendrait et seuls les riches pourront se soigner, alors que M. DE VILLEPIN sauverait la Sécurité Sociale pour offrir les soins à tous.
- celui du système de RETRAITE DES FRANCAIS : à Sarkozy ou à M. de Villepin ? Le premier le vendrait et seuls les riches auront une retraite, alors que M. DE VILLEPIN sauverait le système de retraite pour offrir à tous une retraite digne.
- la gestion de la POLITIQUE INTERNATIONALE de la France : à Sarkozy ou à M. de Villepin ? Le premier l’asservirait et laisserait son lobby la gérer à l’image des Etats-Unis, alors que M. DE VILLEPIN donnerait à la France sa place de Grande Nation Souveraine et Juste.
- la direction des ARMEES et industrie militaire : à Sarkozy ou à M. de Villepin ? Le premier ferait des guerres et vendrait notre industrie d’armement au plus offrant (libéralisme oblige!), alors que M. DE VILLEPIN utiliserait notre force pour la paix et pour défendre notre industrie d’armement (patriotisme économique).
- le système d’EDUCATION de la France : à Sarkozy ou à de Villepin ? Le premier ferait des écoles riches pour les riches et des écoles pauvres pour les pauvres (libéralisme: qui veut plus paie plus!), alors que M. DE VILLEPIN développerait le système pour donner à chacun les mêmes chances, pauvre ou riche.
- la CULTURE française : à Sarkozy ou à M. de Villepin ? Le premier risque de nous dire que l’histoire de France n’est pas utile économiquement (le marché décidera dans son libéralisme) et que l’enseignement de l’anglais est moins cher que l’enseignement du Français (il pourrait importer des livres d’inde par exemple, c’est libéral après tout !), alors que Monsieur DE VILLEPIN défendrait toute la culture française (littérature, histoire, poésie, langue, audiovisuel, monuments historiques, musique, …), et défendrait surtout le français sans complexe (même que le Premier Ministre parle l’anglais beaucoup mieux que le premier!).
- la défense des spécificités des REGIONS de France : à Sarkozy ou à M. de Villepin ? Le premier les connaît grâce à ses conseillers et à quelques vacances, Monsieur DE VILLEPIN les aime par ce qu’elles sont la France, c’est simple, et c’est tout !
- l’avenir de la CONTRUCTION EUROPEENNE : à Sarkozy ou M. de Villepin. Le premier pro-américain qu’il est saboterait tout progrès dans l’Union Européenne et ferait de l’Europe juste un marché ultra-libéral, alors que M. de Villepin poursuivrait la construction Européenne (y compris avec l’Allemagne) pour une Europe forte et sociale. Il ne faut pas oublier que la présidence française est convoitée par ceux qui veulent un levier de contrôle sur l’Union Européenne.
- la défense de l’INDUSTRIE FRANCAISE : à Sarkozy ou à M. de Villepin ? Le premier laisserait les fonds d’investissements étrangers les acquérir pour les dépouiller (libéralisme,…), alors que le deuxième les soutiendrait par des projets nationaux ambitieux dans la ligné de ceux qui nous ont élevés au premier rang mondial dans diverses industries dont la liste est longue.
- la politique de SOLIDARITE NATIONALE : à Sarkozy ou M. de Villepin ? Le premier laisserait le libéralisme gérer le sort des français, chacun pour soi et sa communauté, alors que le deuxième défendrait le système de solidarité français, qui certes nous coûte quand on travaille mais qui nous a tous aidé un jour ou l’autre. Monsieur DE VILLEPIN est plus social et plus humain, et ne pratique pas le favoritisme/communautarisme sarkoziste.

Oui Monsieur Raffarin, vous devriez soutenir Sarkozy. Mais pour la présidentielle le seul vrai bon candidat pour l’UMP ET pour la France est Monsieur Dominique de Villepin. Et si les médias du lobby sarkoziste l’empêchent de s’exprimer et veulent sacrer Sarkozy par la désinformation, pas de problème : on utilisera les églises pour donner la parole à des bons français, même s’ils ne sont que des pauvres chrétiens, protestants ou catholiques. Après tout, la politique est une affaire de société et de valeurs sociales, et si les chrétiens, ou ceux qui sont seulement chrétiens, n’ont plus droit de parole dans les médias, alors il appartient aux églises de les aider. Aider les sans parole libre est un devoir comme aider les sans domicile fixe.

Si Sarkozy aime le communautarisme, alors on trouvera une communauté pour les persécutés comme Raffarin, de Villepin, Alliot-Marie, Bayrou, … : la première et plus grande qui me vient à l’esprit est celle des Chrétiens Français. Certes elle est divisée, mais si elle s’unit elle serait la plus grande et plus puissante de la France. Et si les Chrétiens sont unis (ce qui dérangerait certains certainement), croyez moi que les musulmans sont prêts à vous suivre pour un bon projet non-communautariste, càd non-sarkoziste, car ils sauraient choisir entre Sarkozy et M. Dominique de Villepin.

Confiance Monsieur Raffarin. On est tous avec vous…si vous conservez vos valeurs, càd loin de Sarkozy et plus proche de Monsieur de Villepin et de la France. L’église n’a pas un rôle politique, mais les français chrétiens silencieux ont chacun une voix ! Si les Chrétiens font le jeune des médias pendant quelques mois, même les dictateurs des médias qui croient pouvoir dicter la pensée aux français, et qui boycottent M. de Villepin et les autres, respecteraient un plus l’image du Christ et des Chrétiens, ainsi que leur droit de parole. Voilà une rupture des voix «en silence »…. qui ne plairait pas à Sarkozy!

Raymond Hiresh
raymond@resistancefrancaise.com

Écrit par : ramondhiresh | 06/01/2007

Chers compagnons,

Plus que jamais, le temps est venu de se rassembler pour passer à l'action. Nous souhaitons agir pour appeler et soutenir une vraie candidature de rassemblement de toutes les sensibilités républicaines. Pour peser sur le débat, nous devons nous structurer. Nous avons besoin de vous !

Rejoignez-nous pour préparer la suite des évènements et enclencher une nouvelle dynamique ! Rendez-vous dimanche 14 janvier à partir de 15h00 au CAFE Pavillon Baltard au 9, rue Coquillière Paris 1er (métro Les Halles).

Ensemble et mobilisés, nous pouvons créer une nouvelle dynamique pour cette campagne présidentielle.

N'hésitez pas à faire passer cet appel le plus largement possible. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues.

Amitiés républicaines.

"Le Rassemblement des Jeunes pour la Vème République"
RJVR
P.S. notre but c'est le rassemblement, ouvert à tous.....
Pour nous contacter: r-j-v-r@hotmail.fr

Écrit par : RJVR | 10/01/2007

Les commentaires sont fermés.