Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/01/2007

Appel au rassemblement républicain !!!

Soyez nombreux à participer à la réunion des jeunes pour la Vème République le dimanche 28 Janvier à 15 heures au pavillon Baltard, 9 rue Coquilleres métro les Halles.

Contact à l'adresse suivante : R-J-V-R@hotmail.fr

medium_rjvr_28.2.jpg


02/01/2007

Jacques Chirac plus déterminé que jamais.

 Voeux_elysee_31_12_2006

S'engager "pleinement" dans le débat avant les élections du printemps: c'est le souhait de Jacques Chirac, qui a invité dimanche ses compatriotes à se rassembler autour des "valeurs qui font la France".

Loin de se retirer du jeu, le chef de l'Etat a affirmé lors de ses douzièmes voeux aux Français son désir de rester à la barre et de faire entendre sa voix dans la campagne à venir.

Il s'est toutefois gardé de se prononcer sur une éventuelle nouvelle candidature présidentielle.

Pour ce dernier message de nouvel an de son quinquennat qui s'achève en mai, le président de la République s'est exprimé devant un drapeau français mouvant, déployé à côté de celui de l'Union européenne.

"Parce que j'aime passionnément la France, je me bats pour qu'elle prenne toute sa place dans ce nouveau monde tout en restant fidèle à elle-même", a-t-il déclaré dans son intervention d'une dizaine de minutes diffusée sur les grandes chaînes. "Je me bats pour que chaque Français, pour que chaque jeune en particulier, ait sa chance, où qu'il vive et quelles que soient ses origines".

Jacques Chirac, qui avait placé 2006 sous le signe de l'action, a demandé au gouvernement de rester "au travail" d'ici les élections "pour la sécurité, pour l'emploi, pour le pouvoir d'achat".

A l'approche des "choix décisifs" du printemps, il a plaidé en faveur de "débats ouverts, démocratiques et responsables" dans lesquels il veut s'engager "pleinement". Il a demandé à ses compatriotes de se porter garants des valeurs de la "France", un mot prononcé pas moins de 12 fois dans son message.

"Oui, nous pouvons être fiers d'être Français ! Ne cherchons à imiter. Soyons nous-mêmes", a-t-il lancé avant de conclure : "Vous êtes le peuple souverain. La France a besoin de chacune et de chacun d'entre vous. Elle compte sur vous".

RASSEMBLER AUTOUR DES VALEURS QUI FONT LA FRANCE

Sans s'appesantir sur son bilan, Jacques Chirac s'est félicité des résultats du gouvernement en matière d'emploi et a salué les avancées obtenues dans les trois chantiers prioritaires de son quinquennat : la sécurité routière, la lutte contre le cancer et l'aide aux personnes handicapées.

"Bien sûr, je voudrais que les choses avancent plus vite, et qu'elles avancent mieux pour chacun de vous", a-t-il reconnu, avant de vanter les mérites d'une France qui "s'affirme".

A l'adresse de ceux qui animeront la campagne, le président a dégagé cinq priorités : le rassemblement des Français, le progrès économique et social, la responsabilité de la France dans le monde, l'Europe et l'environnement.

Jacques Chirac, élu en 2002 face au candidat du Front national Jean-Marie Le Pen, a mis en garde contre les "apprentis sorciers de l'extrémisme".

Il a insisté sur les "valeurs qui font la France" que sont "la liberté, l'humanisme, le respect, et notamment le respect de la diversité et des différences, la laïcité, le combat contre le racisme, l'antisémitisme, le communautarisme".

A l'adresse des socialistes, il a mis en garde contre "les idéologies, les illusions", et le "retour aux recettes qui ne marchent pas".

Sur la scène internationale, Jacques Chirac a rappelé que la France avait "vocation" et "intérêt" à "affirmer sa voix avec force et avec indépendance pour la paix et pour la justice".

Alors que la mode en politique est à la légèreté dans les propos, l'inconstance dans les discours, Jacques Chirac reste fidèle à lui-même, fidèle à l'ambition qu'il nourrit pour la France, fidèle à la tradition gaulliste et républicaine dans laquelle se reconnait l'immense majorité des français. Face aux vieilles recettes, aux idéologies, aux extrémismes, à l'incompétence des uns et à la faiblesse des autres le président  n'est il pas le seul homme d'Etat digne de ce nom capablr de porter un grand projet national ? La réponse est oui incontestablement. Rassemblons nous autour de sa candidature !!!