Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2007

La cabale des bien-pensants

Raymond Barre

Depuis la fin des années 70, des personnalités se réclamant de la gauche, "cette clique" s'acharnent à faire passer Raymond Barre pour un antisémite. Ce matin dans Libération, Claude Lanzmann lance une nouvelle charge contre le  premier ministre de VGE en réagissant aux dernières déclarations de celui-ci.

Invité par France Culture pour parler de son livre "L'Expérience du pouvoir Raymond Barre avait déclaré à propos du rôle de Maurice Papon : "quand on a des responsabilités essentielles dans un département, une région ou à plus forte raison dans le pays on ne démissionne pas. On démissionne lorsqu'il s'agit vraiment d'un intérêt national majeur". (...) "Ce n'était pas le cas car il fallait faire fonctionner la France". Il estime que Maurice Papon a été "un bouc émissaire".
Interrogé plus tard sur les propos qu'il avait tenus après l'attentat de la rue Copernic- "un attentat odieux qui voulait frapper les Juifs se trouvant dans cette synagogue et qui a frappé des Français innocents qui traversaient la rue Copernic"- Raymond Barre rappelle que "dans la même déclaration", il avait dit que "la Communauté juive ne peut pas être séparée de la Communauté française". Il avait parlé de "Français innocents", parce que "les Français n'étaient pas du tout liés à cette affaire". Et il ajoute qu'il y a eu à ce moment "une campagne" qui a été "faite par le lobby juif le plus lié à la gauche", insistant "je considère que le lobby juif - pas seulement en ce qui me concerne - est capable de monter des opérations qui sont indignes et je tiens à le dire publiquement".
A propos de Bruno Gollnisch, élu FN au conseil municipal de Lyon, et condamné pour propos négationnistes, Raymond Barre a maintenu sa position : "J'ai dit en parlant de Bruno Gollnisch que je blâmais ce qu'il avait dit mais que pour le reste, je l'avais connu et que c'était un homme bien".

Raymond Barre, nous le voyons ne vise pas les juifs mais simplement un infime partie de ceux-ci qui veulent le faire passer pour un antisémite. Ses propos ne reflètent en aucun cas un soupçon d’antisémitisme, M.Mitterrand qui fut l’ami de René Bousquet qui reconnut ouvertement cette amitié fut-il pour autant présenté comme antisémite ? Jamais ! Pourquoi cet acharnement contre celui qui fut l'un des meilleurs Premiers ministres de la Vème République ? Jusqu’à quand cette gauche idéologue qui a mené la France à la faillite continuera-t-elle de donner des leçons ? L’hypocrisie de cette gauche qui a ruiné (avec Jospin) le septennat du président Chirac, qui n’a cessé de brocarder son action durant ses deux mandats, a agi et agit encore au nom de la bien-pensance contre Raymond Barre. Souhaitons que le résultat des prochaines élections rabatte enfin le clapet de cette pauvre gauche qui n’a jamais cessé d’empêcher le redressement de la France.

Les commentaires sont fermés.