Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/03/2007

Le choix de la raison

Après avoir rendu hommage à Jacques Chirac pour son engagement au service de la France et des français, le temps est venu de faire le choix du candidat à sa succession. Ce choix n'est pas évident, l'avenir de la France pour les 5 voire 10 prochaines années est en jeu. Sans oublier, sans cacher ma fidélité au Président de la République et au Premier Ministre je vais vous donner le nom du candidat que je soutiens.

Je ne peux pas, je ne veux pas soutenir François Bayrou. Je suis gaulliste, je ne pourrai jamais accepter que les institutions de la Vème République soient supprimées au profit d'une IVème bis. Je ne pourrai jamais accepter de soutenir celui qui se réclame du général de Gaulle alors qu’il a commencé son action politique avec ceux qui ont fait tomber le général : Giscard, Lecanuet, Poniatowski. Je ne soutiendrai jamais celui qui défend le modèle le français alors qu’il est pour une Europe fédérale c’est à dire une Europe qui fasse de la France une simple région.

Vouloir faire l’union nationale comme il la propose conduirait à l’immobilisme alors que la France a besoin de réformes intenses et profondes. L’échec d’un tel gouvernement mènerait les extrêmes à un niveau inacceptable. Comment en tant que fidèle soutien du Président appuyer la candidature de celui qui a contribué à affaiblir les gouvernements successifs de Jacques Chirac en votant des motions de censure initiées par les socialistes, en refusant des réformes vitales pour notre pays. Comment peut-on avoir confiance dans un homme qui a refusé au cours de ce quinquennat de participer au pouvoir, de réformer la France, pour mieux dénoncer le gouvernement en place à des fins politiciennes ? Je ne comprends pas mes amis gaullistes qui soutiennent ce candidat alors qu’il a affaibli la place de la France dans le parlement européen en choisissant de faire inscrire les députés européens UDF dans un groupe marginal plutôt que de s’allier à l’UMP et de peser dans le PPE (parti populaire européen).

Reste donc Nicolas Sarkozy, que j’ai souvent combattu. Mais face au danger Bayrou, au danger du retour de la gauche qui ferait reculer la France après 5 ans d’effort, je n’ai plus le choix, Dominique de Villepin, Alain Juppé et leurs alliés ont montré le chemin en laissant de côté leur intérêt personnel au profit de l’intérêt national. Alain Juppé a indiqué lundi qu'en soutenant Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, il avait « conscience de poursuivre le combat pour les causes que Jacques Chirac a servies pendant 40 ans ». Dominique de Villepin a officiellement apporté son soutien au candidat Sarkozy en assurant, lundi sur Europe 1, que les deux hommes seraient « ensemble dans cette bataille » « Je suis aujourd'hui avec Nicolas Sarkozy pour défendre les idéaux de notre famille politique et pour que le choix des Français soit le plus éclairé possible », a déclaré le Premier ministre.« Je serai à ses côtés parce que c'est l'idéal politique de ma famille politique, c'est mon engagement. Nous avons été ensemble au gouvernement, nous serons ensemble dans cette bataille », a-t-il ajouté.« Dans ma famille politique, à la fois l'action, l'expérience ont façonné Nicolas Sarkozy (...) Tout ceci aujourd'hui le place dans une situation qui lui permet d'habiter cette fonction » a déclaré Dominique de Villepin. Selon lui, les Français doivent « se poser aujourd'hui la question simple » de savoir, parmi les candidats, « quel est celui ou celle qui incarnera le mieux notre pays, qui représentera le mieux notre pays, qui a l'expérience, qui a été façonné par l'action, par la vie et qui a donc la capacité de relever ce défi ».

En écoutant et entendant les messages de ces deux fidèles du Président, j’ai donc décidé de soutenir Nicolas Sarkozy tout en défendant le bilan de Jacques Chirac et de ses gouvernements. Nicolas Sarkozy a lui aussi réagi à la déclaration du président :« Dans le fond, c'est peut être ma façon d'être fidèle au message de Jacques Chirac. Lui-même est venu après Georges Pompidou, après de Gaulle. Il se réclamait d'eux mais il a fait différent. Eh bien moi, je viens après lui et je ferai différent », a-t-il ajouté. « Mais la part de son héritage et de son exemple, je l'assume », a conclu le candidat. Il assume donc l’ héritage de Jacques Chirac tout en affirmant qu’il fera différemment. Encore une fois, face à Bayrou et la gauche, il n’y a plus de doutes je soutiendrai Nicolas Sarkozy, il conservera nos institutions, il a fait des inflexions dans son discours notamment sur la politique étrangère et le modèle social, l’essentiel est sauvé c’est le principal. Dans la fidélité au gaullisme, à Jacques Chirac et Dominique de Villepin, je soutiens Nicolas Sakozy.

Commentaires

Bonsoir,
Votre intervention m'inspire trois commentaires:
1.Sur l'Europe NS ne se distingue pas de FB si ce n'est qu'il souhaite faire voter la constitution par le parlement plutôt que de la proposer par voie de référendum.
2.Sur les institutions, NS envisage également des réformes dans le sens d'une présidentialisation du régime.
3.L'immobilisme: il ne fait aucun doute que Bayrou ne fera pas un dixième de ce qu'il annonce; à trop vouloir composer, se concerter avec des syndicats non représentatifs et butés, etc...on file droit vers l'enlisement. Mais observez NS et la différence entre son (ses) discours et ses actes. C'est un grand professionnel de la mousse, mais derrière il n'y a pas grand chose.

Écrit par : Thierry | 14/03/2007

L’identité (multi-)nationale de Sarkozy !

Nicolaï Sarkozy a obtenu la nationalité, je ne le conteste pas. Je ne cherche pas non plus à savoir s’il a la double nationalité Hongroise ou Israélienne, ou s’il a servi dans l’armée d’un de ces deux pays : il a le droit d’avoir la première par ce que ce sont les racines de son père, et il a le droit d’avoir la nationalité Israélienne par ce qu’il est de mère juive. Tout immigré francisé ou fils d’immigré mérite d’avoir la nationalité s’il a rempli certaines conditions, comme Sarkozy.

Le problème est d’une autre nature. Le problème est le suivant : Si la Légion Etrangère peut accueillir des étrangers qui peuvent ensuite devenir français par le mérite en servant la France, est-ce que la Présidence la République peut être confiée à un étranger naturalisé ou à un fils d’immigré ? La Présidence n’est pas moins que le plus haut poste de commandement des armées françaises! Dans beaucoup de pays y compris les Etats-Unis (qu’admire Sarkozy) le niveau d’enracinement en génération est une condition (tacite) d’accès à certains postes gouvernementaux sensibles. Peut-on dès lors confier la Présidence de la République à quelqu’un qui est français de première génération, qui de surcroît est allergique aux mots patriotisme, Union Européenne, Gaullisme, … ? Peut-on confier sans danger la Présidence de la République :
- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, mettrait les armées françaises au service d’intérêts étrangers au détriment de ceux de la France ?
- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, maintiendrait le budget de la défense mais obligerait ou imposerait ou favoriserait l’achat d’armes auprès d’amis étrangers producteurs d’armes, comme les Etats-Unis, Israël, …au détriment de notre industrie d’armement qui sera complètement démantelée par le libéralisme Sarkoziste
- à quelqu’un qui vante la mondialisation, càd l’abattement des frontières économiques, culturelles, ….comme la destinée incontournable des nations ?
- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, pour qui la solidarité fiscale est celles des pauvres à qui il demande d’être solidaires des riches (!), car les pauvres riches ne doivent pas souffrir d’une grande perte de profits alors que le pays est de plus en plus riche en pauvres.
- à quelqu’un, comme Sarkozy, qui lève plutôt le drapeau des multinationales (de ses amis) avant celui de la France (il suffit d’observer comment les medias du lobby Sarkoziste ont ridiculisé le Président Chirac durant les maintes campagnes étrangères dans lesquelles il défendait l’industrie française pour comprendre …)
- à quelqu’un qui, comme Sarkozy, accepte de privatiser tout pour que les français finissent un jour par payer des taxes à des multinationales du lobby sarkozsite: pour boire l’eau de leurs sources et de leurs rivières, pour rouler dans sur les routes/rails sur les terres de France, pour utiliser les câbles de communication qui vont pénétrer chaque domicile, pour avoir de l’énergie produite par leurs centrales, et pour manger les produits de leurs terres…confisquées et contrôlées par des multinationales. Des multinationales qui sont pour certaines spécialisées dans l’évasion fiscale ! Ils mettront la main sur un secteur après l’autre, y compris l’éducation, la santé, et les armées.
- à quelqu’un, comme Sarkozy, soutenu par le lobby INTERNATIONAL des médias qui s’est arrogé le droit et le pouvoir de ridiculiser qui il veut (individus, communautés chrétienne-musulmanes-…, voir même des pays), de désigner les candidats et dicter aux peuples son choix, de créer des discordes (entre communautés, régions, couches sociales, ….et pays), de persécuter des sociétés ou secteurs entiers pour laisser la main libre à des amis de leurs lobbies pour les acheter au plus bas prix (exploitation après exploitation, société après société, secteur après secteur, crise sanitaire après crise sanitaire!…une minorité pourrait ainsi à l’aide des médias et quelques amis contrôler non pas un pays seulement, mais le monde…l’UMP n’est qu’un exemple miniaturisé, ou des ‘soutiens’ ont été obtenus l’un après l’autre, comme un jeu de domino!)
- à quelqu’un comme Sarkozy qui a laissé saboter des grandes réformes nécessaires pour faire échouer son propre gouvernement…pour ses propres intérêts, au détriment des intérêt de la France qui était défendus par des grands hommes et femmes politiques, dont les Premiers Ministres (présidentiables) Raffarin et Dominique de Villepin n’étaient pas les moindres! Des hommes et femmes politiques qui le soutiennent moins par soumission que par le devoir, alors que le vrai devoir est de sauver la France avant de sauver l’UMP (à quoi sert le parti si on perd la patrie ? comme une union de VRP de multinationales ?)
- à quelqu’un comme Sarkozy et ses amis dans les medias qui critiquent les positions du Front National …et finit par n’en reprendre que les positions les plus abjectes ? Je voudrais lui dire la chose suivante à propos de l’immigration choisie : plutôt qu’un immigré bien éduqué et parlant le français, mieux vaut un immigré éduqué par et pensant comme les français. Le premier risque d’être égoïste, méprisant et communautariste, le deuxième reconnaissant et solidaire des autres français. Le premier sera redevable à des lobbies étranger, le deuxième sera redevable aux français. Le premier viendra récolter en France et thésauriser à l’étranger (avec ou sans Clear Stream Monsieur Sarkozy), le deuxième payera ses impôts en France, pour le bien de ses enfants et ceux des autres français. Mais certains ont l’habitude de fuir le pays quand il faut partager…Sarkozy a voulu nous donner l’exemple de Johnny Hallyday (dont j’admire le talent et la carrière) comme un français qui s’enfuit à cause de la pression fiscale, mais sait-il que vaut cet exemple si les français ne sont plus solidaires de Johnny et s’ils boycottent ses productions/concerts ? Combien de disques vendrait-il en Allemagne, Italie, Espagne, Angleterre ou aux Etats-Unis ? Mais peut-être il a la même conception de l’identité nationale que Sarkozy : son identité nationale est celle qui lui rapporte le plus d’argent!

En conclusion je me pose deux questions :
Peut-on accepter comme Chef des Armées un fils d’immigré qui est mondialiste ?
Peut-on accepter comme Chef d’Etat, Président de la République, quelqu’un comme Sarkozy pour qui l’identité nationale se protège en contrôlant les immigrés …tout en vendant libéralement la patrie ?

Raymond Hiresh
Paris, France

P.S. :
1) Sarkozy et Le Pen : certains les comparent alors qu’ils ont une grande différence. Alors que Le Pen déteste certains étrangers et veut défendre l’identité française à sa manière, Sarkozy n’aime pas apparemment ni les étrangers ni les français à qui il veut imposer une rupture de culture pour ne pas dire d’identité.
2) Sarkozy et l’UMP : Sarkozy et son lobby ne deviendraient vraiment dangereux que si Sarkozy devient par malheur Président. Il suffit aux membres de l’UMP de le soutenir comme il les a soutenu (càd lâchement et faiblement)! Ils peuvent être ainsi sûrs qu’il ne sera demain qu’un simple député ou élu local… le seul moyen pour protéger chacun d’eux de sa vengeance, qui ne sera pas négligeable : Sarkozy se vengera de tous ceux qu’il n’aime pas vraiment ou qui ne l’ont pas soutenu dès le départ! Ne lui donnez pas la force de se venger de vous…et de la France.

Écrit par : Raymond Hiresh | 14/03/2007

c'est ce qu'on appelle de la haute trahison... ou de l'irresponsabilité.

Écrit par : Guillaume | 15/03/2007

En tant que gaulliste fervent, Nicolas Sarkozy représente tout ce que je déteste en politique, aussi j'aurais honte de le soutenir, d'autant que Dominique de Villepin ne doit pas croire un mot de son ralliement de façade.

Écrit par : Villèle | 15/03/2007

J'accépte ton choix mais je pense que tu renies beaucoup de tes convictions en choisissant de soutenir Sarkozy

Écrit par : EA | 16/03/2007

Je regrette ton choix mais je le respecte car tu as des arguments.
Et même si tous ces arguments ne me paraissent pas totalement fondé et que je considère que le pire danger pour nos valeurs serait Sarkozy, je peux te comprendre.

Que penses tu des positions de NS sur l'immigration ? sur les relations avec les USA ? sur la laicité ?

Si tu soutiens NS, il va falloir soutenir cela :-)

Écrit par : vincent75 | 17/03/2007

Si DDV ne pense pas ce qu'il a dit, rien ne l'obligeait à le dire.
Je n'en vois pas l'intérêt.
Il pouvait, s'il le voulait, soutenir Bayrou aussi.
Il ne l'a pas fait.
J'en conclus qu'il respecte et reste fidèle à sa famille politique.
J'en conclus qu'il pense que Bayrou ne correspond pas aux valeurs qu'il défend avec l'UMP.
Juppé, c'est pareil, rien ne l'oblige à tenir un discours contraire à ses convictions.
Pour l'immigration, NS prône une immigration ni à zéro, ni sans contrôle.
Pour les relations avec les USA, il rappelle qu'on est ami avec le pays et pas forcément avec son président qui peut changer tous les quatre ans.
Pour la laïcité, il revendique la séparation du temporel et du spirituel.
Je veux bien soutenir cela avec rmy.

Écrit par : soan | 26/03/2007

Soan, j'ai répondu au commentaire de Vincent dans cette note :

http://pourlafrance.hautetfort.com/archive/2007/03/17/j-assume.html

Rémy (administrateur du blog)

Écrit par : rmy | 26/03/2007

Les commentaires sont fermés.