Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/04/2007

L'appel des gaullistes historiques contre la proportionnelle

http://www.asmp.fr/fiches_academiciens/images/messmer.jpghttp://www.ambafrance-kwt.org/IMG/YvesGuena.jpg

L'image “http://www.denistouret.net/constit/mazeaud.gif” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.L'image “http://www.asmp.fr/fiches_academiciens/images/foyer.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Pierre Messmer, Yves Guéna Pierre Mazeaud et Jean Foyer réagissent aux réformes institutionnelles envisagées par Ségolène Royal et François Bayrou.

C'est une coïncidence : quatre gaullistes historiques viennent de prendre position contre la proportionnelle dans une déclaration commune dont Le Figaro a eu connaissance. Pierre Messmer, ancien premier ministre, Yves Guéna et Pierre Mazeaud, anciens ministres et anciens présidents du Conseil constitutionnel, et Jean Foyer, ancien garde des Sceaux, ont fait cette déclaration en réaction aux réformes institutionnelles envisagées par Ségolène Royal et François Bayrou, avant de connaître la prise de position de Brice Hortefeux.
« Le scrutin majoritaire est le seul moyen d'obtenir des majorités homogènes », déclarent-ils. La représentation proportionnelle, selon eux, est « un moyen impa­rable d'émietter le Parlement et d'inciter des groupes proches à se différencier pour attirer les électeurs plutôt que de répondre aux opposants ». Et d'ajouter que les élections « ne sont pas des photographies du corps électoral à un moment », « elles doivent être le choix d'une politique par la désignation d'élus résolus à la soutenir ».
Charge lancée, donc, contre les projets de Ségolène Royal et surtout de François Bayrou, qui voudrait faire élire à la proportionnelle la moitié des députés. Les quatre signataires, dont la déclaration porte le titre « Ne touchez pas à la Constitution », s'en prennent aussi aux autres réformes envisagées par les candidats socialiste ou centriste, en particulier la suppression du 49-3, qui « donne au gouvernement les moyens de tenir unie sa majorité et d'obtenir d'elle les dispositions législatives et ­crédits budgétaires qu'il es­time nécessaires à son action ». Et de conclure en souhaitant que la France imite l'exemple des « plus grandes démocraties du monde » qui « ne passent pas leur temps à modifier leur Constitution ».

Commentaires

Ce qui est très fort, c'est que S. Royal et F. Bayrou arrivent à reprocher à Sarkozy de vouloir la proportionnelle, alors que ce n'est ni dans son projet présidentiel ni dans le programme de l'UMP !
Alors que eux souhaitent cette proportionnelle et que c'est depuis longue date dans leurs propositions et qu'ils savent de longue date que le FN en bénéficiera.
On marche sur la tête.

Écrit par : soan | 14/04/2007

monsieur,
Je comprend fort mal votre position à l'UMP car un soutien à Villepin ne peut aller de pair avec un soutien au candat UMP actuel.
J'apprécie énormément Mr Villepin ou Mr Juppé, mais je repproche au candidat actuel ses déraoppages incotrolé qui ne sont pas tolérable à ce niveau là.

http://ma.france.de.demain.over-blog.net/

comment peut on être Gaulliste et être pour votre candidat actuel si proche du FN ?

Écrit par : mentuy | 16/04/2007

Pourquoi la proportionnelle et pourquoi serait ce aux elus et partis, juge et parti en la matiere, de decider:
http://enguerrand.over-blog.org/

Écrit par : Enguerrand | 30/04/2007

Les commentaires sont fermés.