Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2007

Appel des gaullistes sociaux en faveur de Nicolas Sarkozy

No se puede mostrar la imagen “http://www.hpcc.ecs.soton.ac.uk/~dan/cdg.jpg” porque contiene errores.

 
Oui au nouveau rêve français,  oui à la France fraternelle !

De ce 22 avril 2007 on soulignera, bien entendu, la très forte participation électorale, l’affaiblissement - durable ? - des extrêmes, le retour à la bipolarisation et, dans ce contexte, le remarquable résultat de Nicolas SARKOZY qui, en recueillant plus de 30 % des suffrages exprimés, a démontré une impressionnante capacité à rassembler les Français autour de valeurs que l’on désespérait de voir un jour restaurées. Quant à nous, gaullistes sociaux, ce que nous retiendrons par-dessus tout c’est le message de Nicolas SARKOZY au peuple français.

Voilà des semaines que, à défaut de projet, ses adversaires s’acharnaient à présenter l’ancien ministre de l’Intérieur comme le représentant d’une caste de privilégiés néo-conservateurs, le candidat d’une droite réactionnaire pure et dure, voire le chef de file d’un populisme « soft ». Thatcher, Berlusconi, Bush : Nicolas SARKOZY, comme avant lui Jacques CHIRAC ou le Général DE GAULLE, n’a pas été épargné des caricatures aussi hasardeuses que grossières. Or, malgré toutes ces attaques, Nicolas SARKOZY est arrivé en tête au soir du premier tour.

Les 11 millions de Français qui lui ont fait confiance sont-ils des nantis, des sans-cœur, des émules d’un ultralibéralisme supposé annoncer la fin du fameux «modèle social» ? Evidemment non.

Pour beaucoup d’électeurs, Nicolas SARKOZY est d’abord l’homme d’un bilan -avec les autres membres du Gouvernement également- dont il peut assurément être fier. Depuis 2002 ont été entreprises des réformes économiques et sociales importantes (relance de la participation, sauvetage du régime des retraites, efforts sans précédents en faveur du logement à travers le plan de cohésion sociale mené de main de maître par Jean-Louis BORLOO, etc.) avec, au final, une baisse record du chômage.

Pour sa part, Nicolas SARKOZY, laissera une empreinte indélébile au ministère de l’Intérieur. Car, même si prisonniers de la culture de l’excuse certains ne veulent pas l’entendre, il faut le redire avec force : l’insécurité est la première, et sans doute la plus intolérable, des injustices en ceci qu’elle affecte d’abord les plus démunis de nos compatriotes.

Mais tout d’abord, le choix des français s’est fait sur des valeurs, Nicolas SARKOZY les a maintes fois rappelées au cours de la campagne du premier tour – à Besançon où il insista sur la nécessité de remettre «le capitalisme au service d’une certaine idée de l’homme», à Caen où il parla de la «France comme d’un miracle politique, intellectuel, moral et culturel», à Marseille où il évoqua «l’invincible songe dont sortirent la France combattante, la France résistante» - avant d’en faire une magnifique synthèse au soir du 22 avril.

Ne nous cachons pas la vérité : échaudés par l’expérience quelle que peu malheureuse de la «fracture sociale», certains dans les rangs de ceux qui se revendiquent encore du «gaullisme» sont longtemps demeurés sceptiques à l’égard de Nicolas SARKOZY. Le moment est désormais venu de faire un choix pour le pays.

Nicolas SARKOZY a placé au centre de son projet des valeurs qui nous conviennent. Nous nous en réjouissons !

Nicolas SARKOZY veut protéger les Français «contre la concurrence déloyale et les délocalisations, contre la dégradation de leurs conditions de travail, contre l’exclusion». On ne peut que s’en féliciter.

Nicolas SARKOZY rêve d’une France «qui ne laisse tomber personne, une France qui est comme une famille où le plus faible, le plus vulnérable, le plus fragile a droit à autant d’amour, autant de respect, autant d’attention que le plus fort, une France où même dans celui qui n’a plus de force on reconnaît la dignité de l’homme et du citoyen». N’est-ce pas là la France dont nous rêvons aussi ?

Nicolas SARKOZY souhaite «rassembler le peuple français autour d’un nouveau rêve français, celui d’une République fraternelle où chacun trouvera sa place, où personne n’aura plus peur de l’autre, où la diversité sera vécue non comme une menace mais comme une richesse». N’est-ce pas, là aussi, la République à laquelle nous aspirons depuis si longtemps ?

Tu le sais, Nicolas, en politique, où la parole est un art, les mots, que tu a si brillamment maniés ces temps-ci, pèsent souvent très lourd. Ceux que tu as employés dimanche soir nous ont profondément touchés.

Et si nous avons parfois eu le sentiment de différences d’appréciations entre nous, certes légitimes, ton appel au rassemblement pour une République fraternelle nous a convaincus, et c’est bien plus important, le soir du 22 avril, tu es devenu l’homme de la Nation et de la rencontre avec notre peuple.

C’est pourquoi nous signons ton manifeste pour un nouveau rêve français !

Le Bureau National et les Elus
de l’Union des Démocrates pour le Progrès
Le Bureau National
des Comites Notre Republique

 http://www.amadei.fr/udp/

Jean-Claude ABRIOUX/Seine-Saint-Denis
(Député, ancien Maire d'Aulnay sous Bois)
Manuel AESCHLIMANN, Hauts de Seine
(Député-Maire d'Asnières)
Jean-Noël AMADEI/
Yvelines /PRESIDENT DELEGUE
Jean-Paul ANCIAUX
/Saône-et-Loire
(Député)
Pierre ANDRE/
Aisne
(Sénateur Maire de Saint Quentin)
Alain AUBERT, Hauts de Seine
(Directeur du Comité Départemental du Tourisme)
Benoît APPARU/Marne
Paul AURELLI/
Paris /PRESIDENT
Jean-Claude BAHU
/Rhône
(ancien député)
Pierre BARTOLI/
Haute-Corse
Jean-Pierre BAZIN/
Loire-Atlantique
(ancien député européen)
René BEGUET/Paris
Bruno BOURG-BROC/
Marne
(député maire de Châlons en Champagne)
André BOURGOGNE/Rhône
Michel BOUVARD/
Savoie
(député, vice président du Conseil Général)
Philippe BRIAND/Indre-et-Loire
(député maire de St Cyr sur Loire)
Sacha BRIAND/
Haute-Garonne
Richard CAZENAVE, Isère
(député)
Nourdine CHERKAOUI/
Paris
Alain COUSIN/
Manche
(député, conseiller général)
Jean-Yves COUSIN/
Calvados
(député)
Jean-Claude D’ADDIO/
Alpes Maritimes
Christian De LAUZAINGHEIN
Président d’Action et Participation
Véronique De MIRIBEL/Nord
Olivier DELEU/
Seine-Saint-Denis
Yves DENIAUD/
Orne PRESIDENT
(député, conseiller régional)
Michel DESVIGNES/
Paris
Jean-Louis DOLSA/
Pyrénées Orientales
Gabriel DUMOULIN
Secrétaire Général d’Action et Participation
Bernard EMBRY /Aude
Didier EUDE /
Seine-et-Marne
Dominique FAIVRE-ISTRIA/
Paris
Ghislène FONLLADOSA/
Paris
Bernard FOURNIER/Loire
(sénateur)
Hervé GAYMARD /
Savoie
(Ancien Ministre, PRESIDENT D'HONNEUR)
Jacques GODFRAIN/Aveyron
(député maire de Millau, ancien Ministre)
Frédéric GUINO /Essonne
Philippe JUVIN /
Hauts-de-Seine
(maire de La Garenne Colombe)
Yves KODDERITZSCH /
Paris
Danielle LARRIVIERE /
Paris
Brigitte LE BRETHON, Calvados
(Député-Maire de Caen)
Paul LEGAL/
Paris
Jacques LEGENDRE /
Nord
(sénateur)
Paul LIVRELLI/
Corse-du-Sud
Patrick LONGUET /
Seine-Maritime
Olivier MADELRIEUX/
Gironde
Alain MARLEIX/
Cantal
(député)
Olivier MARLEIX/
Cantal
Hugues MARTIN/
Gironde
(député, maire de Bordeaux)
Jacques MARTIN/Val-de-Marne
(Conseiller général, maire de Nogent/Marne)
Patrice MARTIN-LALANDE/
Loir-et-Cher
(député, vice président du Conseil Général)
Gérard-Henri MATHIEU/Paris
Denis MERVILLE, Seine Maritime
(député)
Jean-Claude MESTRE/
Val d’Oise
Marianne MONTCHAMP, Val de Marne
(député, ancien Secrétaire d'Etat)
Olivier MORIN/
Seine-et-Marne
Daniel MOURGEON/Essonne
Patrick OLLIER/Hautes-Alpes président de l'amicale parlementaire
(député, maire de Rueil Malmaison)
Gérard PENGAM/Paris
Daniel PENNEC/Côtes d’Armor
(ancien député)
Lydia PONCHATEAU /
Secrétaire National d’Action et Participation
Stephan PONS/Alpes-Maritimes
Jean-Paul POURADE/Haute-Loire
Didier QUENTIN, Charente Maritime
(député)
Jocelyn RENAULT/
Secrétaire National d’Action et Participation
Roger ROMANI/ Paris PRESIDENT D'HONNEUR
(sénateur)
Robert SABOURIN /Indre-et-Loire
Claude SALOMON
/Doubs
Patrice SALVAUDON /Val-de-Marne
André SCHNEIDER, Bas Rhin
(député)
Maurice SOLIGNAC
/Yvelines
(Conseiller Général)
Georges TRON
/Essonne
(député maire de Draveil)
Yves VAN HAECKE/Yonne
(ancien député maire d'Avallon)
Alain VILLEFAYAUD /Haute-Vienne
Mario ZORATTO
/Paris

Commentaires

Cela n'est pas votre plus belle prise de position.

Écrit par : damien | 13/04/2008

Les commentaires sont fermés.