Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/05/2007

Dominique de Villepin pense à une autre vie que la vie politique

Dominique de Villepin a souhaité vendredi que le prochain gouvernement "ne perde pas un seul jour" dans l'action au service des Français lors d'une dernière rencontre avec la presse à l'Hôtel Matignon.

Le Premier ministre a précisé avoir organisé une "transmission républicaine" pour faciliter la tâche de Nicolas Sarkozy.

"Pour la première fois depuis trente ans, les Français ont choisi de reconduire une majorité politique sur la base d'un bilan concret et visible", s'est réjoui le Premier ministre devant les journalistes présents à Matignon pour ce pot de départ.

"C'est une chance pour notre pays, qui va pouvoir poursuivre son effort de modernisation sans retour inutile en arrière, sans remise en cause des progrès accomplis", a ajouté M. De Villepin.

Sans amertume apparente, le chef du gouvernement sortant, qui estime que le bilan de ses deux années à Matignon a contribué à la victoire de Nicolas Sarkozy, a vanté ses résultats sur le front du chômage, priorité absolue de son action. Avec une baisse de deux points en deux ans, "le chômage est à son taux le plus bas depuis 25 ans", a-t-il noté. Il a comparé ce résultat à celui de la Grande-Bretagne, qui a mis "dix ans à le faire baisser de trois points".

Dominique de Villepin a reconnu avoir voulu aller "peut-être trop vite" sur le contrat première embauche (CPE). Son échec sur cette réforme au printemps 2006 a sonné le glas de ses ambitions présidentielles. "Quand je vois des gens boire du champagne le soir de l'échec du CPE, je suis surpris et choqué", a-t-il souligné. "Mon plus grand regret est de ne pas avoir été compris sur le chômage."

Il a ajouté à ce bilan la lutte contre les discriminations, la réforme de l'éducation prioritaire, la situation des quartiers sensibles, le logement social, quatre questions qui "ne doivent pas être réservées à la gauche". Sur ces questions, la droite est "seule capable d'apporter des réponses nouvelles, inventives et efficaces".

Apparemment pas rancunier, le Premier ministre a estimé que la victoire de Nicolas Sarkozy "offre la possibilité d'accélérer la modernisation" de la France "menée depuis cinq ans sous la conduite de Jacques Chirac".

Dans cet esprit, il a insisté sur la "véritable transmission républicaine" mise en place pour aider le prochain gouvernement qui sera nommé en fin de semaine prochaine par le nouveau président. Un "état des lieux précis de l'action accomplie, des réformes en cours et des priorités pour la nation" a été établi.

Intitulé "transmission républicaine", ce document sans précédent dans l'histoire républicaine a pour objectif de "garantir une passation des pouvoirs la plus ordonnée possible dans l'ensemble des ministères", écrit le Premier ministre dans la préface.

Les nouveaux ministres seront informés dès leur arrivée des grands rendez-vous internationaux (conseil européen des 21 et 22 juin, négociations à l’OMC) et disposeront de "toute l'information nécessaire" sur les grands dossiers industriels.

Dominique de Villepin a précisé avoir informé Nicolas Sarkozy des "réunions quotidiennes" qui se tiennent à Matignon sur la situation de l'otage français en Afghanistan.

Dominique de Villpein a précisé avoir eu au téléphone François Fillon, pressenti pour lui succéder. Un chef de gouvernement doit faire montre de "persévérance, de continuité dans l'action, de beaucoup de prévoyance", a-t-il noté.

Prudent, il s'est refusé à tout commentaire sur Nicolas Sarkozy et sur la situation politique estimant qu'il faudrait trois mois pour prendre la mesure des nouveaux rapports de force.

Le Premier ministre, qui présentera sa démission à Jacques Chirac "juste avant" la passation des pouvoirs mercredi prochain avec Nicolas Sarkozy, n'a donné aucune indication sur son avenir personnel. "Je n'en ai aucune idée", a-t-il affirmé.

"Il est important de tourner une page. Je tourne une page. Après, j'en écrirai une autre", a-t-il poursuivi. "De toute façon, je continuerai à voyager et à suivre les grands problèmes internationaux." Le Premier ministre a achevé la rédaction d'une série sur Napoléon, qui sortira en septembre.

Une chose est sûre: le Premier ministre part en forme. Il a confié avoir fait vendredi matin le dernier "test d'effort" pour surveiller son rythme cardiaque. "La machine a sauté. Bonne nouvelle: je pourrai reprendre mon entraînement des 100 kilomètres et préparer un prochain marathon", a plaisanté M. De Villepin.

Les commentaires sont fermés.