Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2007

Une ambition pour l'université portée par le gouvernement

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, s'explique sur le futur projet de loi sur l'autonomie des universités qui doit être soumis au vote de l'Assemblée nationale dès juillet.

La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, estime dans une interview au Journal du dimanche (JDD) que le projet de loi sur l'autonomie des universités, qui doit faire l'objet d'un vote à l'Assemblée nationale dès le mois de juillet, est "politiquement mûr".

Elle souligne que "Nicolas Sarkozy et François Fillon savent que l'université française est au pied du mur. Ils savent aussi que ce projet d'autonomie est constamment évoqué depuis 15 ans et sans cesse repoussé.".

Valérie Pécresse explique que cette loi va permettre de simplifier des procédures et de donner de la réactivité aux universités qui pourront notamment gérer librement leur patrimoine immobilier, recruter les enseignants qu'elles souhaitent, gérer leurs crédits comme elles l'entendent.

La ministre précise qu'il "n'y aura pas de sélection à l'entrée des universités", et "pas non plus d'augmentation des frais de scolarité". De plus, "le caractère national des diplômes ne sera pas remis en cause", et "il n'y aura ni regroupements imposés d'établissements, ni fermetures".

Jeudi, la nouvelle ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche avait promis qu'au-delà de cette loi, "quatre chantiers" seraient lancés à partir d'un "calendrier ouvert" : "les conditions de vie étudiante" (aides sociales, santé, logement); "les carrières des personnels" (égalité homme-femme, statuts, salaires); "les conditions matérielles" (bâtiments, sécurité); "la situation des jeunes chercheurs" (part d'enseignement, autonomie, rémunération).

C'est un grande ambition pour l'Université française que porte le gouvernment de François Fillon, l'autonomie est un premeir pas dans la réforme des universités. Le gouvernment devra agir pour améliorer l'orientation des étudiants avec certainement une dose de sélection, comment peut-on comprendre que des étudiants intègrent des filières sans débouchés et que cela soit permis ?

La réforme du mois de Juillet ne règle pas tout mais elle est un progrès considérable, espèrons que les gauchistes ne s'y opposeront pas brutalment comme ils l'ont fait en 2003 contre la réforme Ferry qui sous l'impulsion de Jacques Chirac et de Raffarin allait moderniser considérablment les universités françaises.

Nous ne pourrons pas accepter qu'une minorité empêche cette avancée majeure, nous ne pouvons plus repousser les réformes nécessaires à la France.

Commentaires

Avec mon syndicat étudiant, la Confédération étudiante, nous avons dialogué avec Valérie Pecresse afin d'obtenir une mesure fondamentale: une troisième mission pour l'université en plus de la formation et de la recherche ce serait l'insertion professionnelle des jeunes. Elle nous a clairement fait part de son accord sur la question et ce projet devrait être pris en compte dans cette réforme. Espérons que le gouvernement respectera ses promesses. Rendez vous à la rentrée de Septembre pour le savoir.

Écrit par : Cyril de guardia | 27/05/2007

C'est une bonne idée Cyril, tu vois que l'élection de Sarkozy n'est pas une mauvaise chose, s'il était vraiment libéral américain comme tu le dis il ne ferait pas de réformes si protectrices en faveur des étudiants.

Écrit par : Rémy | 27/05/2007

Oulaaaaa.....excuse moi étudie ce qu'est le libéralisme, étudie ce qu'est le protectionnisme, étudie le libéralisme européen et le libéralisme américain ainsi que le néo conservatisme et la social démocratie et on en reparle...

Écrit par : Cyril de guardia | 27/05/2007

Ce n'est pas une mesure de protection des étudiants...c'est la délégation supplémentaire d'un service public...et ceci est favorable aux étudiants ^^

Écrit par : Cyril de guardia | 27/05/2007

Ce n'est tout de même pas aux Etats-Unis que l'on trouve les protections pour les étudiants que veut Nicolas Sarkozy !

Écrit par : Rémy | 27/05/2007

Cette mesure protège les étudiants c'est l'essentiel !

Écrit par : Rémy | 27/05/2007

ca protège les étudiants mais cela n'a rien à voir avec une mesure protectionniste mon grand! Et encore...ce n'est pas vraiment que ça protège plus les étudiants mais c'est aventage. Aux états unis, des écoles ont développé des politiques de rapprochement entre elles et le monde du travail. le gouvernement américain ne donne aucune directive aux université dans la mesure où c'est un état fédéral...Le gouvernement fédéral n'est pas compétent en la matière ce sont les etats américains qui le sont et certains etats américains ont adopté des mesures comparables à celle ci ;-)

Écrit par : Cyril de guardia | 27/05/2007

je n'ai pas parlé de protectionnisme mais de protections, ai je dit que le gvt fédéral aux Etats-Unis gérait les universités, ne détourne pas mes propos à ton avantage !

Écrit par : Rémy | 27/05/2007

"s'il était vraiment libéral américain comme tu le dis il ne ferait pas de réformes si protectrices en faveur des étudiants."

==> des Etats libéraux américains ont adopté de telles mesures.

Cette mesure était aussi prônées par Ségolène Royal et François Bayrou ;-)

Écrit par : Cyril de guardia | 27/05/2007

as tu des preuves sur ces protections aux Etats-Unis ?

Écrit par : Rémy | 27/05/2007

Pour commencer comme je l'ai dit avant, ce n'est pas une mesure de protection mince alors! la notion de "protection" veut dire qurlque chose en politique et n'a rien à voir avec le fond d'une telle mesure!

Pour répondre à ta question, Lis l'excellent Bouquin de Denis Meuret qui s'appelle "Gouverner l'école". C'est édite apr la Presse Universitaire de France et tu trouveras ton bonheur à l'intérieur concernant toute la politique de l'éducation dans les différents états américains et sous l'Etat français.

Écrit par : Cyril de guardia | 27/05/2007

Rémy,

sur l'investiture de Bourras il est évident que je ne trouve çà pas habile, pas plus que certains comportements au sein de mon parti à l'heure actuelle. Mais si je sais être critique avec mon parti, j'attends que tu le sois aussi. Ainsi, j'attends que tu condamnes avec la même fermeté l'investiture de Christian Vanneste, condamné par la justice pour Homophobie, alors par ailleurs que l'UMP avait promis de ne pas le soutenir. J'attends également que tu commentes la nomination d'Alain Juppé au poste de Ministre d'Etat, numéro 2 du gouvernement alors qu'il est un délinquant, condamné lourdement par la justice. Dans aucun pays démocratique une personnalité condamnée comme l'a été Alain Juppé n'aurait la moindre chance de revenir en politique ne serait-ce que pour solliciter un mandat de conseiller municipal. Alain Juppé lui est le premier des ministres. Quand on est condamné et aussi lourdement condamné surtout pour avoir "trompé la confiance du peuple souverain", ou que l'on s'est rendu coupable de racisme par homophobie, il est SCANDALEUX que l'on soit encore soutenu par un parti et que l'on exerce des responsabilités. J'ai su être critique. J'attends que tu le sois.

Écrit par : Louis-J Aleman | 27/05/2007

En ce qui concerne Christian Vanneste, il mérite simplement le mépris rien de plus. Pour Juppé en revanche je ne peux pas partager ton opinion il a payé lourdement son tribu, foutez lui la paix, il est un de nos rares hommes politiques qui ait une stature d'homme d'Etat, c'est ce qui le différencie de François bayrou. je rappelle qu'il ne s'est pas enrichi dans cette affaire, et qu'il a été condamné pour des actes commis avant la loi qui a permis de le punir et que lui même a fait voter. C'est ignoble de s'acharner sur M. Juppé quand on sait tout ce qu'il a fait pour la ville de bordeaux et pour la France. Sa politique en tant que Premier Ministre a permis de qualifier la France pour l'Euro et le cout politique de cela a été pour lui terrible, il a pu grâce à ces compétences en politique étrangères sauver avec Jacques Chirac l'honneur des pays du Nord en bosnie, ila fondé l'UMP un grand mouvement populaire qui depuis 5 ans modernise la France continuera de le faire avec Sarkozy. Vous n'avez pas le droit de salir l'honneur d'un homme qui a donné sa vie à la France. Il apurgé sa peine laissez le en paix continuer de nous servir et de servir la France afin qu'elle relève et que nous relevions avec elle nous français le défi du développement durable.

Écrit par : Rémy | 27/05/2007

Sur l'Université, saches qu'il serait temps de mettre tout sur la table. Je suis élu étudiant je sais de quoi je parle. Le soutien individualisé des etudiants, le tutorat, l'orientation, la mission d'insertion comme le dit justement la confédération étudiante, des partenariats avec les entreprises, une classe terminale préparatoire à l'enseignement supérieur, un premier cycle plus diversifié en même temps qu'un lycée plus spécialisé, les MAster pro.
Maintenant attention, si le gouvernement veut la guerre, il suffit de mettre la sélection, qu'elle soit à la sortie du lycée ou à la sortie du premier cycle à l'ordre du jour, ou encore l'augmentation des droits d'incriptions. L'enseignement supérieur public c'est la possibilité pour le plus grand nombre de réussir par le mérite. Mais le mérite ne peut pas s'exonérer de l'égalité des chances, égalité qui serait gravemenent remise en cause si la liberté de choix n'est plus garantie. Cette liberté doit être éclairé et le choix tiré de la conviction partagée et la pédagogie entre l'étudiant et la communauté éducative. CE qui va l'obliger à s'impliquer beaucoup plus fortement qu'à l'heure actuelle. On n'est pas quit avec la société et ses enfants lorsque l'on a fait son heure de cours!
Ainsi nous aurons à la fois une université efficace, qui saura convaincre ses étudiants, les accompagner, les suivre, les aider à s'orienter ou se réorienter, ceci afin d'éviter les échecs trop fréquents et de réconcilier les francais avec leur enseignement sans entrer dans un système de contraintes lourd. Les efforts doivent être partagés et les enseignants ne sont pas les derniers à devoir en fournir! La recherche doit être évaluée, le temps de travail redéfinit, la rémunération modulée, l'accompagnement pédagogique introduit dans les missions etc.

Je suis convaincu que l'enseignement peut être une réussite s'il est une chance, pas un privilège. C'est pourquoi je pense qu'il y a matière à largement l'améliorer tout en garantissant qu'il reste public, gratuit, et que l'autonomie concerne la gestion interne, non la sélection qui serait une forme de sanction. C'est pourquoi les diplômes doivent rester nationaux et les universités ne doivent pas être clivées entre l'élite et le "reste". Ce qui serait par ailleurs un frein à la mobilité des étudiants. Il est bon grace à la validation des acquis et des équivalences de pouvoir aller d'une Université à une autre et d'enrichir son cursus de différents enseignements. Il faut également rendre les postes de l'universités aux étudiants, ce qui permettra de les responsabiliser et de les associer plus fortement à la gestion de celles-ci. Au lieu d'embaucher sans cesse des fonctionnaires qui ne connaissent pas assez le monde étudiant, il faudra embaucher des contractuels étudiants aux postes de l'université de manière à favoriser un meilleur service aux étudiants (qui comprennent mieux leurs propres problèmes) et de permettre aux étudiants de cumuler des heures de travail compatibles avec leur emploi du temps (c mieux que d'aller faire caissier à monoprix). La défiscalisation du travail étudiant est une bonne idée en ce qui concerne les exonérations de charges (si c'est celà qui est fait) salariales car l'important c'est de donner de l'autonomie aux étudiants, pas aux parents. Or réduire la part dans le foyer fiscal du revenu de l'étudiant reviendra à faire un cadeau aux parents.. ce qui ne va pas dans le sens de plus d'autonomie. Faire des Universités une zone franche est indispensable. Enfin, les bibliothèques ouvertes le w-end.. il n'est que temps! C'est pour celà qu'il faut réserver les postes universitaires aux etudiants.

Écrit par : Louis-J Aleman | 27/05/2007

Rémy,

il a été condamné par la justice rendue au nom du peuple français, çà fait de lui un délinquant avant d'être un homme d'Etat. Homme d'Etat qui a tout raté par ailleurs et qui a été chassé pour son incompétence par la rue. François Bayrou lui a su rebondir et il a rassemblé 7 millions d'électeurs sur son nom, dont un certain nombre ont voté pour vous. Cesses donc de les insulter. D'autre part saches qu'à Bordeaux, l'UDF avait soutenu, hélas je l'avoue, l'UMP. La victoire n'est donc pas seulement le fait d'A.Juppé, j'en veux pour preuve l'arrivée en tête de Ségolène Royal aux présidentielles à Bordeaux après les propos de F.Bayrou quand il a avoué qu'il ne voterait pas pour N.Sarkozy. Ce qui signifie bien que François Bayrou détient la clef de la prochaine élection municipale girondine. S'il appelle à ne pas voter Juppé (et avec de telles insultes proférées à son endroit "symbole de l'anti-france etc" je le comprendrais), il se peut bien que Juppé ne repasse pas avec une alliance UDF-PS. Fais donc extremement attention à tes propos je te prie.
Enfin, j'aimerais de demander si personnellement tu condamnes la justice d'avoir condamné Juppé ou si tu condamnes Juppé dans cette affaire précise(car il y en a eu beaucoup et avec CHirac aussi il est vrai..) ? Trouves tu normal qu'après avoir été condamné on puisse redevenir Ministre ?

Écrit par : Louis-J Aleman | 27/05/2007

Si l'on a purgé sa peine si l'on a été puni c'est à mes yeux tt a fait normald'autant plus qu'il a reçu l'onction du sudffrage universel par la suite.

Écrit par : Rémy | 27/05/2007

De plus si tu suis l'actualité, Ian Paisley a été élu Prime Minister en Ulster et un de ses ministres est Paisley Junior et ce genre de situation est courante dans les pays anglos saxons. Voit-on cela en France? Non, chaque démocratie a ses limites. Et comme l'a dit Rémy, Juppé a purgé sa peine....

Écrit par : Alexkdu47 | 27/05/2007

Mais il a tapé dans la caisse ! Caisse alimentée par l'argent des français! D'autre part il voulait et veut faire travailler les français plus et partir en retraite plus tard alors que lui même a pris sa retraite de fonctionnaire à 58 ans! C'est un comble. ET que dire de l'appartement sous loué à bas prix pour sa famille. Un homme d'Etat ? Un Etat d'un autre âge alors. Un homme de combines. Et il est immoral de ne pas le condamner pour celà. ET le suffrage universel ne le rend pas plus respectable. Des dictateurs ont été élus, des crapules sont au pouvoir ex: l'Iran, certains nationalistes, ennemis de la Corse aussi. François Bayrou n'a jamais trainé dans ce type de vase boueuse. Il propose une nouvelle donne aux français. Je comprends que celà gêne. IL a progressé de 7à 19 % entre 2002 et 2007, attendons la prochaine fois..
J'attends toujours que tu répondes à mes questions. tu condamnes la justice d'avoir condamné Juppé ou tu condamnes Juppé dans cette affaire précise(car il y en a eu beaucoup et avec CHirac aussi il est vrai..) ? Trouves tu normal qu'après avoir été condamné on puisse redevenir Ministre ?

Écrit par : Louis-J Aleman | 28/05/2007

La justice a a fait sont travail et je le respecte, mais je ne vois pas pourquoi un homme condamné qui a purgé sa peine ne peut pas continuer de faire de la politique ? c'est absurde à moins d'appliquer une double peine, si tu ne veux pas que juppé continue de faire de la politique tu n'as qu'a changer la loi. Et puis si Juppé était un danger pour la démocratie (cf tes comparaisons ignobles) pourquoi le saint Bayrou l'a soutenu à Bordeaux ? Il n'avait qu'a présenter un minable de l'UDF qui aurait été lamentablemnt battu par un Juppé adulé à Bordeaux pour tout ce qu'il a accompli en dix ans, à titre de comparasison l'ouvre de Juppé est tt de m^me plus admirable que celle de Bayrou à Bordères et au ministère de l'éducation nationale. Les français n'aiment pas les roquetq qui s'agitent , qui crtiquent, qui dénoncent mais qui ne font jamais rien mise à part la combine politicienne et partisane !

Écrit par : Rémy | 28/05/2007

C'est pour çà qu'ils n'aiment pas Juppé qui a toujours été détesté dans l'opinion publique. J'en veux pour preuve le dernier baromètre de popularité où Juppé est lamentablement écrasé. Ecrasé par ailleurs par Bayrou. Bayrou fera l'élection à Bordeaux. Juppé est un délinquant et je suis heureux que tu le reconnaisses.

Écrit par : Louis-J Aleman | 28/05/2007

Il a été detesté parce que sa politique était rigoureuse mais je te rappelle que c'est cette politique qui a qualifié la France pour l'Euro. L'oeuvre de Juppé est considérable quand on la compare à celle de Bayrou qui n'a rien fait, qui n'a pris aucune décision utile pour l'avenir de la France. Pour juger un homme politique je ne regarde pas son casier judiciare mais ces actes, Bayrou est à mes yeux quelqu'un qui n'a jamais servi , qui se contente simplement de créer des partis et de s'opposer enfermé dans une logique politicienne !

Écrit par : Rémy | 28/05/2007

C'est le gouvernement Jospin qui a qualifié la France pour l'Euro. Sous Juppé la situation économique et sociale était encore plus mauvaise que sous la gauche. De plus Juppé a trahi ses propres électeurs en augmentant d'emblée les impôts. Juppé n'a rien fait, quand il a fait il a tout raté. Et quand il n'a pas raté il a tapé dans la nos poches et les tiennes en prime. Il a terni la réputation de la France et l'a affaibli. C'est une HONTE.

Écrit par : Louis-J Aleman | 28/05/2007

Tu te trompes en deux ans Juppé a fait passer le déficit de 5.6 % à 3.6 % du PIB entre 1995 et 1997,c'est cela qui apermis de qualifié la France pour l'Euro pas les dépenses socialistes, juppé n'a pas trahi les électeurs de Chirac dans la mesure où le projet de Chirac s'inscrivait dans un septennat dont 5 ans ont été faits par les socialistes. On ne peut juger une polique qui n'a pas atteint son terme. l'embellie que la France a connue entre 1997 et 2000 n'est en rien due aux socialistes mais à l'appréciation du dollar et à la bulle informatique.

Écrit par : Rémy | 28/05/2007

C'est çà.. quand c'est vous c'est magnifique, quand c'est les autres c pas bien.. On connait la rengaine. Mais si le déficit a baissé, c'est parce que Juppé au mépris des promesses de campagne pour son électorat a fait exploser les impôts. Facile dans ce cas de se gaver sur le dos des gens. Mais il a l'habitude lui. Et c'est bien sous Jospin que la France s'est qualifiée pour l'Euro. JE maintiens cette vérité. Sur les 5 ans.. bien sur, mais c'est parce que les électeurs ont donné une baffe à Juppé pour son incompétence et ses ratés, y compris ses propres électeurs l'ont sanctionné. Et celà tu n'y peux rien. Et puis Juppé reste un délinquant, que tu le veuilles ou non.
Je rappelle que j'ai laché un post sur l'université également.
Je t'invite aussi à commenter mon blog.

Écrit par : Louis-J Aleman | 28/05/2007

Je partage ton point de vue sur l'Université, cependant il n'est pas raisonnable de laisser une liberté de choix à tous les étudiants en sachant que la filière où ils veulent aller n'a pas de debouché, le service d'orientation et les universités doivent tout faire pour dissuader les étudiants d'aller dans un filière bondée et pourquoi ne pas aller vers une forme de sélection. Il faut aussi valoriser et multpilier les filières professionnelles pour faire concorder davantage l'offre et la demande de travail.

Sur Juppé il est vrai que la qualification de la France pour l'Euro a eu lieu en 1999, mais reconnais que ce qu'a fait Juppé a été utile pour cela. Et puis il n'a tt de même pas augmenter les impôts par plaisir, parce qu'il voulait trahir les électeurs, ton propos est absurde ! Il a pris ses décisions pour répondre aux critères exiger au niveau européen, il aurait certes été plus facile de laisser faire, il fallait redresser la barre, il a pris les bonnes décisions ce qui lui a couté les élections législatives. Pour terminer une citation du général de Gaulle qui convient à Juppé : "ce qui est salutaire pour la nation ne va pas sans blame dans l'opinion et sans perte dans l'election"

Écrit par : Rémy | 28/05/2007

Dans ce cas il fallait pas promettre exactement l'inverse dans la campagne de 95. Ce que tu dis est absurde.

Écrit par : Louis-J Aleman | 28/05/2007

Les commentaires sont fermés.