Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2007

Le Président et le gouvernement défendent l'agriculture française

http://www.eu2005.lu/pictures/savoir_lux/images/economie/agriculture.jpg

Dans l'entretien (ci-dessous) accordé au journal Le Monde, la ministre de l'agriculture, Christine Lagarde, défend la position du Président Nicolas Sarkozy, qui hier affirmait que la France n'accepterait pas de mettre fin à certaines protections de son agriculture à l'OMC sans que d'autres pays fassent une démarge similaire. Je teins aussi à affirmer qu'il serait dangereux d'abandonner notre agriculture dans un monde où la population ne cesse de croître et par voie de conséquence où les besoins en nourriture s'intensifient. Il serait absurde que la France renonce à cet avantage agricole c'est à dire finalement à son indépendance alimentaire et à un outil de puisssance considérable dans le monde d'aujourd'hui.

Christine Lagarde : "accepter les propositions actuelles à l'OMC reviendrait à capituler"

Vous êtes ministre de l'agriculture. Comment la France en est-elle arrivée à mettre en balance son veto dans les négociations de l'OMC ?

Tout naturellement. La déclaration de Nicolas Sarkozy correspond à la pensée qu'il a exprimée pendant toute la campagne présidentielle. Il a, mardi, de manière classique en ce qui le concerne, articulé les enjeux, la méthode, le principe et la limite.

Le principe est simple : c'est celui de la réciprocité, il n'est pas question de brader l'agriculture européenne. Dans les propositions actuelles, les bénéfices sont absents pour les pays développés, et les avantages inexistants pour les moins développés. L'offre est timorée sur les services, sans intérêt pour l'industrie et dans le domaine agricole, les propositions des Etats-Unis ne leur coûtent rien.

Si le principe n'est pas respecté, si les intérêts européens sont exclus, alors la limite, c'est l'utilisation de la gamme de moyens juridiques existants, donc le veto.

Je considère que l'attitude française est rassurante, tout autant pour nos partenaires que pour le négociateur européen.

La France aura-t-elle, in fine, besoin d'exercer son veto ?

J'aurai l'occasion d'expliquer la position de la France et de recueillir des avis, jeudi, à Bruxelles, auprès de la commissaire à l'agriculture et du commissaire au commerce, et le lendemain en Allemagne.

 
Propos recueillis par Laetitia Clavreul

Commentaires

J'apprécie beaucoup ce blog! La finesse de son analyse, la prestance du style, je suis franchement impressionné.

Je suis pour ma part professeur dans le nord, en économie, et membre de l'UMP depuis maintenant 5 années.

Devant la croissance exponentielle de ce type de blog, d'une qualité déconcertante, je dois dire, les larmes aux yeux, "Chapeau bas!". Je tiens particulièrement à remercier Rémy pour ses prestations virtuelles. C'est avec ce genre d'initiatives courageuses et patriotiques que la nation avance, c'est avec ce genre de raisonnements o combien subtils que les esprits fins applaudissent! J'applaudis donc frénétiquement devant son grand esprit qui porte haut l'avenir de la France, et je ne serais pas étonné de le voir, d'ici quelques années, dans des postes à haute responsabilité!

Toutes mes félicitations débordantes de sincérité sont votres!

En m'inclinant bien bas,

Un admirateur

Écrit par : Prof | 30/05/2007

Censurerais tu tous mes posts Rémy? (je peux aussi t'appeler Rémy j'imagine xD)

Écrit par : Prof | 30/05/2007

Ta démarche est minable !

Écrit par : Rémy | 30/05/2007

Ben celle de se cacher sous une tonne de faux pseudos (tiens serais tu schyzophrène?) n'est pas terrible non plus et l'humour est plus sympatique!

Ton vrai prénom est Rémy ou René? A moins que ce soit Rémy-René comme René-Charles le fils de Céline Dion xD

Écrit par : Simplet | 30/05/2007

Tiens? comme c'est bizarre! Tu as supprimé le post de René!!!! Tu t'auto censure????

Écrit par : Grincheux | 30/05/2007

Les commentaires sont fermés.