Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/05/2007

Législatives : une vague bleue ?

Sondage : l'UMP se dirige vers une écrasante majorité

Selon une enquête TNS-Sofres-Unilog pour « Le Figaro », RTL et LCI, l'UMP écraserait la gauche aux élections législatives.

VERRA-T-ON une immense vague bleue les 10 et 17 juin ? Avec 42 % des voix et une projection en sièges comprise entre 410 et 430 députés UMP, Nicolas Sarkozy et François Fillon sont bien partis pour gagner leur pari. Sans atteindre le score historique de 1993 (472 députés de droite avaient été élus), le chef de l'État et son premier ministre se retrouveraient, dans cette configuration, avec une chambre « bleu horizon ».

Selon le baromètre des législatives TNS-Sofres-Unilog, groupe Logica-CMG, le président de la République obtiendrait une très large majorité à l'Assemblée nationale. Plus qu'une confirmation de sa victoire à l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy verrait ainsi valider par les Français sa stratégie « d'ouverture ».

Signe du désarroi que provoque « l'ouverture » chez les électeurs de gauche : c'est chez eux que la démobilisation est la plus forte. La baisse de l'intérêt pour ces élections des 10 et 17 juin est particulièrement sensible chez les électeurs de l'opposition. Tout se passe comme si une partie des sympathisants socialistes avait déjà intériorisé la défaite. Manifestement, l'entrée dans le gouvernement Fillon de personnalités de gauche - à commencer par le très médiatique Bernard Kouchner - a semé le trouble chez les sympathisants socialistes et leurs alliés. Plus globalement, les Français n'ont pas envie de refaire le match de la présidentielle. Comme en 2002 après la réélection de Jacques Chirac, ces élections législatives fonctionnent comme une élection confirmation. À l'époque, 365 députés UMP avaient été élus.

Une confirmation qui prend, selon notre sondage, des allures de raz de marée. La poussée en faveur de l'UMP s'effectue au détriment du MoDem de François Bayrou. La faible notoriété des candidats bayrouistes, qui, pour un grand nombre d'entre eux, se présentent pour la première fois, semble un handicap. Dans cette enquête, on a recueilli les intentions de vote en soumettant aux Français interrogés la liste des candidatures définitives (avec nom des candidats) dans chaque circonscription. Résultat : le MoDem tombe à 10 % et à une fourchette de deux à six élus.

Privé de groupe parlemen­taire à l'Assemblée, François Bayrou pourrait assister parallèlement à la naissance d'un groupe de dissidents UDF ralliés à Nicolas Sarkozy. Selon les projections, le Nouveau Centre (Parti social libéral et européen) fondé par Hervé Morin obtiendrait de 20 à 22 élus. Une humiliation supplémentaire pour le troisième homme de la présidentielle.

Au PS, on espère un sursaut

À gauche, le PS est crédité de 27 %. Un score supérieur à celui de Ségolène Royal au premier tour. Mais la projection se situe entre 101 et 142 sièges, donc légèrement au-dessous du groupe PS sortant, qui compte 149 députés et apparentés. Quelques figures socialistes ont donc du souci à se faire : Arnaud Montebourg (Saône-et-Loire), Jean-Louis Bianco (Alpes-de-Haute-Provence), André Vallini (Isère), Christiane Taubira (Guyane) voire Jack Lang dans le Pas-de-Calais. Au siège du PS, on espère un sursaut. Ségo­lène Royal est arrivée en tête dans 200 circonscriptions.« On travaille à partir de cette base pour maintenir le même nombre de députés », fait-on valoir au PS.

Reste une autre confirmation : la dégringolade du Front national. Avec 4 % d'intentions de vote, le parti de Jean-Marie Le Pen se remarginalise. Il revient à son étiage du début des années 1980.

Source : Le Figaro 

Les français font donc le bon choix, ils souhaitent donner une majorité claire au Président et au gouvernement afin qu'ils mènent l'action de modernisation et de réforme dont la France a besoin. On peut noter aussi l'échec de la stratégie de François Bayrou, dans notre système institutionnel une troisième force ne peut émerger. C'est une bonne chose, face aux défis auxquels elle est confrontée, la France a besoin de stabilité et de continuité dans la réforme, c'est un avantage considérable de la Vème République qui ressortira renforcée par ces élections.

Commentaires

Le MODEM va échouer !

Écrit par : René | 31/05/2007

Ouéééééééééééééé René ou Rémy le schyzo en force...On va vous poutrer d'ici quelques années...quand les gens se seront rendu compte à quel point l'UMP se fout de notre gueule.

Écrit par : Winbayrou | 31/05/2007

Je n'ai rien à voir avec René tu es vraiment fou !

Écrit par : Rémy | 31/05/2007

je ne te crois pas et ne suis pas le seul.

Écrit par : Winbayrou | 31/05/2007

Les commentaires sont fermés.