Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/06/2007

La haine

L'image “http://www.eurocities.org/euromed/images/juppe.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.

Au lendemain du résultat des élections législatives qui ont vu le gouvernement être affaibli par la défaite d'Alain Juppé et le recul de l'UMP plus largement de la majorité par rapport à 2002, je ne ressens qu'un seul sentiment : la haine !

La haine de voir l'élan réformateur de l'élection présidentielle brisé ou affaibli par des socialistes qui ont toujours mené la France à la faillite et qui vont encore une fois freiné les réformes dont la France a besoin.

La haine de ces bayroliens, ou ces chiraquiens (pas tous !, bien au contraire, simplement une minorité agissante) qui sur le blog de Christophe Carignano accusent le Président Sarkozy et François Fillon d'avoir fomenté un complot contre Alain Juppé pour l'assassiner politiquement. Nicolas Sarkozy aurait donc voulu affaiblir son gouvernement et sa majorité à des fins politiciennes, cette interprétation des choses est infondée, le Président se donne un mal terrible pour trouver un successeur à Alain Juppé. Affirmer le contraire est de la pure mauvaise foi.

La haine de ces pseudo chiraquiens et pseudo gaullistes qui accusent Juppé d'avoir trahi Chirac alors qu'il a toujours dit que le Président Chirac était le seul à pouvoir se présenter en dehors de l'UMP. Juppé était le porte-parole des valeurs portées par Jacques Chirac.

La haine de voir les socialistes prospérer sur l'idée de TVA sociale -qui est la seul solution pour sauver nos emplois, notre compétitivité tout en maintenant un haut niveau de protection sociale- en faisant peur aux français pour aider des candidats en mal de voix.

La haine de voir partir un homme d'Etat, Alain Juppé, de la scène politique lui qui a servi la France et les français toute sa vie et qui se fait renvoyé par 18 % du corps électoral bordelais et battre par une candidate qui n'a rien fait pour Bordeaux et les bordelais. Alors qu’Alain Juppé a modernisé Bordeaux et lui a donné une nouvelle influence en France et en Europe.

La haine de voir les médias s'acharner contre Alain Juppé, chercher sa faiblesse, sa tristesse et sa déception à chaque occasion. 

La haine enfin de voir que les français n’ont décidément rien compris au mal qu’ont fait les socialistes à la France puisqu’ils leur donnent des sièges supplémentaires qui affaiblissent la majorité et la capacité de la France à poursuivre son redressement.

Commentaires

Christophe Carignano s'est déclaré chiraquien et a appelé à voter bayrou !!!
Je te trouve injuste, les chiraquiens ce n'est ni Christophe Carignano ni ceux qui pensent comme lui sur son blog.

Écrit par : jmag | 18/06/2007

@ Jmag,
je n'ai pas dis cela, j'ai dit que certains chiraquiens ont voté Bayrou et ceux là donnent des leçons à ceux qui comme vous et moi sont restés fidèles à leur famille politique et au message du Président Chirac.

Écrit par : Rémy | 18/06/2007

J'ai modifié les détails qui pouvaient vous choquer, je partage vos convictions Jmag !

Écrit par : Rémy | 18/06/2007

j'entends bien mais comment pouvez vous croire qu'un Chiraquien (un vrai !!!) puisse voter Bayrou ???

Écrit par : jmag | 18/06/2007

Je le regrette mais c'est comme ça, carignano a bcp agi pour une nouvelle candidature de Chirac, je l'ai aidé et après il a soutenu Bayrou comme Goulard d'ailleurs qui lui aussi était chiraquien.

Écrit par : Rémy | 18/06/2007

Même si je déplore leur choix ils étaient de vris chiraquiens et ont soutenu Bayrou.

Écrit par : Rémy | 18/06/2007

Peut-être qu'en tant que chiraquiens et aussi villepinistes, il leur était insupportable de soutenir Sarkozy, on sait bien pourquoi... Vous savez bien qu'à droite tout le monde n'a pas voté pour Sarkozy ; certains se sont abstenus, d'autres ont voté Bayrou et d'autres encore carrément pour Mme Royal. Au fait croyez-vous vraiment que M. Chirac et Dominique de Villepin, dans l'isoloir, ont voté pour Sarkozy, ses idées et sa personnalité même ?

Écrit par : help ! | 19/06/2007

@help

Et surtout dans un pays Libre, on peut faire confiance à Chirac et Villepin sans faire du tout faire confiance à Sarkosy.

Et même plus, dans un pays Libre on peut se trouver méfiant contre Sarkosy.

Et toujours dans un pays Libre on peut carrément s'opposer à Sarkosy.

Finalement voyez-vous c'est cela la rupture. Rien n'est effectivement acquis ni à Sarkosy, ni a ses soutiens.

Ce qui est nettement plus grave c'est de lire toujours votre argumentaire bi-polaire d'un fonctionnement intellectuel à l'anglo-saxone. C'est bien cela le SARKOSYSME.

Écrit par : PHG | 19/06/2007

Ma dernière remarque ne s'adressait pas à vous Help.

Écrit par : PHG | 19/06/2007

Au niveau argumentaire à proprement parler, on a l'impressdion d'avoir à faire à un jeune écervelé complètement formaté avec des idées qu'il ne maitrise même pas et avec un certain manque de culture affligeant. Rémy, vous affirmez certaines choses comme vérité absolue alors qu'elles sont fausses et tenez un discours hyper intolérant (cf: votre billet nul sur Juppé et la "haine"). Vous me faites pitié...

Écrit par : Virginie Viguier | 20/06/2007

Lisez un cours de Finance publique à la fac...la droite gaulliste a délibérément continuer dans la logique d'endettement de l'Etat donc ne dites pas que seuls les socialistes ont participé à ce processus c'est faux il a été instigué par la droite gaulliste à l'origine de l'Etat providence et n'y a toujours pas mis fin. Je suis professeur de finances publiques à l'université Panthéon la Sorbonne et donc suis bien placée pour le savoir. Pourtant, je suis de droite mais reste objective contrairement à vous la plupart du temps qui tenez un dsicours franchement partisant ...

Écrit par : Virginie Viguier | 20/06/2007

@ Virginie Viguier,

Le site de la Sorbonne ne connaît aucun professeur de finances publiques nommé Virginie Viguier, je me pose quelques questions sur votre identité.

Mais pour en revenir au fond, sire que les gaullistes sont responsables de la dette comme les centristes et les socialistes n'est pas la vérité, sur la pérode 1981-2002 où le déficit et la dette ont explosé, la doite fut au pouvoir 6 ans et la gauche 15 ans.

Je vous rappelle que les 39 heures, la retraite à 60 ans, les nationalisations, et puis les 35 heures ont coûté à la France 600 milliars d'€. Par exemple :

-les 35 heures ont alourdi la dette de la France à hauteur de plus de 100 milliards d'euros (20 milliards d'euros par an), notamment pour financer par l'emprunt les allégements de charges qui compensent une partie du surcoût du travail en dessous de 1,6 Smic.

-En 2002, Laurent Fabius avait bâti , après l’explosion de la bulle internet et la grosse récession qui a suivi, "un budget sur une prévision de croissance de 2,5 %, alors que cette croissance a été de 1%, et sans provisionner le coût des aides promises aux entreprises pour les 35 heures, soit 100 milliards d’euros.

Ce qui fut un coût terrible porté à la droite qui venait d'être réelu . Je vous rappelle simplement que la droite a dépensé 40% de moins entre 2002-2007 que sous le gouvernement Jospin :

http://pourlafrance.hautetfort.com/archive/2007/03/21/villepin-et-raffarin-ont-depense-40-de-moins-que-jospin-une.html

Je vous rappelle aussi qu'entre 1997, le gouvernement Juppé afait passer le déficit de 5,6% à 3,6% du PIB, comme le gouvernment de Villepin a réussi à faire diminuer la dette de 3 pts en % du PIB et sous la lélégislature 2002-2007, le déficit a baissé de 15 milliars. La gauche n'avait jamais rien fait de tel alos que de 1997 à 2000 elle a pu profité d'une croissance exceptionnelle qu'elle a gaspaillée en affaiblissant notre compétitivité avec des promesses démagogiques et en ne faisant aucune réforme d'avenir (université, retraites...).

Vous le voyez la droite et la gauche ce n'est pas la même chose, je commence à douter devotre ompétence de professeur de finance publique, amoins que vous ne soyez quelqu'un d'autre, ce ne m'étonnearit, je crois reconnaitre quelqu'un.

Écrit par : Rémy | 20/06/2007

J'oublie voici la liste des professeurs d'économie à la Sorbonne :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_Paris_I#Enseignants_d.27.C3.A9conomie_et_de_gestion

Écrit par : Rémy | 20/06/2007

Wikipédia ne contient pas la liste des ATER c'est à dire les doctorants enseignants qui rédigent leur thèse et sont chargés des travaux dirigés. Vous venez de me donner la liste des maître des conférences et des enseignants ayant obtenus leur agrégation. Les ATER sont aussi professeurs.

Bien à vous

Écrit par : Virginie Viguier | 20/06/2007

Bon volons au secours de Mme Viguier avec des chiffres que nous avons toutes les deux à disposition:

Dette publique française selon Maastricht

1992 Beregovoy 441 milliards soit 39,8% du PIB
1993 Balladur 510 soit 45,7%
1995 Balladur-Juppé 657 55,1%
1997 Jospin 742 58,5%
2000 Jospin 817,2 milliards 56,7%
2001 Jospin 842,5 56,3%
2002 Raffarin 901,8 58,2%
2005 Villepin 1138,4 66,6%
( sur ce % 2005 : part de l'Etat 78% ; collectivités locales 10% ; administrations de sécurité sociale incluant retraites, ASSEDIC, prestations familiales, dépenses de santé, tous régimes sociaux confondus 3% ; organismes divers d'administrations centrales c'est-à-dire universités, CNRS, musées nationaux... 9% )
Actuellement la dette dépasse les 1.000 milliards.
Ces chiffres de l'INSE montrent le faramineux endettement quand la droite gouverne. Monsieur Sarkozy n'a pas été un exemple d'économie quand il a été ministre du budget 2003-2005, ses dépenses somptuaires liées à son train de vie se trouvent dans le livre déjà cité sur ce blog de Philppe Cohen, Richard Malka, Riss. Je me demande pourquoi le PS sans cesse ridiculisé par la droite et les médias à sa solde n'en disent mot, pourquoi le PS ne dit rien du bond extraordinaire de la dette quand M.Sarkosy était ministre du budget.
Rappelons que la droite venue au pouvoir a augmenté de 40% la somme allouée aux députés et pendant ce temps les travailleurs doivent se restreindre et s'entendre culpabilisés par les frais de santé et leur retraite, or la sécurité sociale n'est qu'une petite part de la dette publique.
Comme dit si bien un internaute, voter UMP, c'est voter Une Mauvaise Politique avec Un Mauvais Président.

Déficit budgétaire annuel de 1981 2%, 1986,3,1%; 1989, 1,7%; 1993, 5,9%; 1994,5,5% 1995,5,5%; 1997, 3%; 2000, 1,5% 2001, 1,5%; 2002,3,2%; 2003, 4,2%.

On peut constater que les déficits de 93 à 95 sous Balladur et Sarkosy au budget se mettent à tripler, qu'en 2000-2001 avec Jospin et Straus-Kahn au budget le déficit est divisé par 3 pour être de nouveau multiplié par 2 voire 3 en 2003 sous Raffarin. La droite n'a vraiment pas de chance avec la croissance quand elle est au pouvoir!!!Le ravage social et économique est bien le fait de la droite, les accusations de la droite sont tellement partisanes qu'elles deviennent gênantes car si peu respectueuses d'un esprit démocratique. Hier, on faisait courir le bruit que Ségolène n'avait pas l'appui des plus compétents du PS, aujoud'hui, ils ont rejoint son équipe et on ne peut que se féliciter qu'un Strass-Kahn qui a prouvé sa compétence l'ait rejointe, idem pour Jospin qui a conservé la confiance de la base militante PS. Bien entendu les tribuns UMP et Marine Le Pen s'en font des gorges chaudes. Cette politique de bas niveau est lassante.

Écrit par : michelle meyer | 20/06/2007

@ Virgine Viguier,

Je ne trouve aucune preuve de votre existence et de votre enseignement à la Sarbonne, prouvez-le moi ? On ne peut pas avancer des coses comme celle-ci sans preuves !

Écrit par : Rémy | 20/06/2007

Il vous faut quoi? Une photocopie de ma carte d'étudiant? Un fac similé de mon brouillon de thèse? Une attestation de Michel Bouvier?

Écrit par : Virginie Viguier | 20/06/2007

@ Virginie Viguier et Michelle Meyer( comment peut elle se soucier de mon modeste blog ?)

Vos notes ne montrent pas la réalité de la volonté des gouvernements de Jacques Chirac de réduire la dette.

Si M Jospin n'a pas fait croitre la dette c'est pour la simple et bonne raison qu'il a connu une croissance de laquellle il n'était pas responsable, toutes les dépenses qu'il a faites dans cette période (des centaines de milliers de fonctionnaires ont été engagées + les emplois jeunes) ne sont pas répecutés sur la dette car la croissance l'a caché mais les gouvernments successifs en ont payé le prix, la compétitivité de la France a été massacrée par les 35 heures et la dette a augmenté après coup compte tenu des fonctionnaires embauchés par l'Etat.

Quand on sait l'imporance qu'a la réduction (raisonnée) du nombres d'emplois publics pour réformer l'Etat et réduire la dette, on peut constater que le gouvernment Jospin n'a rien fait en ce sens.

Je vous rappelle aussi que les 39 heures, la retraite à 60 ans, les nationalisations, et puis les 35 heures ont coûté à la France 600 milliars d'€. Par exemple :

-les 35 heures ont alourdi la dette de la France à hauteur de plus de 100 milliards d'euros (20 milliards d'euros par an), notamment pour financer par l'emprunt les allégements de charges qui compensent une partie du surcoût du travail en dessous de 1,6 Smic.

-En 2002, Laurent Fabius avait bâti , après l’explosion de la bulle internet et la grosse récession qui a suivi, "un budget sur une prévision de croissance de 2,5 %, alors que cette croissance a été de 1%, et sans provisionner le coût des aides promises aux entreprises pour les 35 heures, soit 100 milliards d’euros.

Ce qui fut un coût terrible porté à la droite qui venait d'être réelu . Je vous rappelle simplement que la droite a dépensé 40% de moins entre 2002-2007 que sous le gouvernement Jospin :

http://pourlafrance.hautetfort.com/archive/2007/03/21/villepin-et-raffarin-ont-depense-40-de-moins-que-jospin-une.html

Je vous rappelle aussi qu'entre 1995 et 1997, le gouvernement Juppé a fait passer le déficit de 5,6% à 3,6% du PIB, comme le gouvernment de Villepin a réussi à faire diminuer la dette de 3 pts en % du PIB et sous la législature 2002-2007, le déficit a baissé de 15 milliars. La gauche n'avait jamais rien fait de tel alors que de 1997 à 2000 elle a pu profité d'une croissance exceptionnelle qu'elle a gaspaillée en affaiblissant notre compétitivité avec des promesses démagogiques et en ne faisant aucune réforme d'avenir (université, retraites...).

Si M jospin n'a pas augmenté la dette c'est parce qu'il a gouverné dans une période de croissance, mais les effets de sa politique ont été désastreux et les gouvernments de Jacques Chirac après 2002 en ont payé le prix. Ce n'est pas le projet socialiste MME Meyer qui aurait été une solution à la dette, il aurait fait empiré les choses, rien que pour cela l'életion de Sarkozy est une bonne chose pour la France contre la dette, d'autant plus que le Président s'est engagé à réformer pronfondément l'Etat par la réduction de fonctionnaires et la foin des gaspillages, volonté politique qu'avaient Juppé, Raffarin et de Villepincomme l'ont montré les chiffres que je vous ai présentés. Je vous rappelle que les audits pour la réforme de l'Etat ont été accompli sous Villepin avec Copé.

Pour terminer, la France n'aurait jamais pu accéder à l'Euro si Juppé n'avait pas réduit le déficit national en augmentant entre autres la TVA, cela Juppé l'a fait en mettant au dessus de son intérêt politique, l'intérêt national, je tenais à le saluer face à vous qui ne pensez que seule la gauche, MME Meyer est vertueuse alors que c'est elle je le confirme qui a toujours fait une politique mortifère en 1981 et 1997 à rebours des réalités du monde et pour le mal de la France !

Écrit par : Rémy | 20/06/2007

Je donne raison à Rémy quant aux réalités budgétaires… il est facile de refaire l’histoire, mais c’est tout de même faire singulièrement preuve de mauvaise foi que de ne pas reconnaître que l’inclination des socialistes à dépenser a été des plus néfastes pour les finances publiques…

Chacun pourra librement juger de la pertinence de mes chiffres grâce à ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Dette_publique_de_la_France

D’abord, la dette publique sous Giscard en % du PIB :

1978 : 21,0%
1980 : 20,8% (déficit : 0,2%, soit le dernier budget équilibré depuis bien longtemps)

Viennent ensuite les années Mitterrand (nationalisations, etc.) :

1982 : 25,3% (2,5% de déficit)
1985 : 30,3% (3% de déficit)

Sur l’année 1987, année de gouvernement Chirac, le déficit est ramené à 2%, et la dette se situe autour de 33% du PIB, mais la parenthèse de rigueur permise par la victoire de la droite aux législatives est balayée par la défaite de celle-ci deux ans plus tard…
Les socialistes reviennent au pouvoir, et pour cinq ans ; le résultat est le suivant :

1988 : 33% de dette (contre 30% trois ans avant : la rigueur…)
1992 : 40% de dette pour… 4,4% de déficit
1993 : 46% de dette, et 6% de déficit

Succédant à Bérégovoy, le gouvernement Balladur trouve les finances publiques dans un état désastreux, et ce n’est pas par un coup de baguette magique qu’il peut résoudre le problème… toutefois, en quatre ans, et grâce au gouvernement Juppé particulièrement, les déficits sont combattus :

1994 : 49% de dette, et 5,5% de déficit
1997 : 59% de dette, mais 3% de déficit

Lionel Jospin a la chance formidable de bénéficier d’une excellente conjoncture, en Europe et dans le monde, ce qui lui permet d’afficher un bon bilan :

1998 : 59% de dette, et 2,5% de déficit
2002 : 58% de dette, et 3% de déficit

Toutefois, la dette n’a été que stabilisée, là où tous les autres pays en ont profité pour la réduire, et surtout de nombreuses mesures, comme les 35 heures, ont très nettement handicapé l’économie française…
En cela, je rejoins Rémy…

Sinon, je relève cette phrase : « Le ravage social et économique est bien le fait de la droite »

Que c’est facile… mais sachez, pour trouver un exemple, qu’en 1974, la France comptait 16% de pauvres, et qu’en 1981 ils n’étaient plus que 10%. Par contre, regardez les années socialistes, et vous verrez que la pauvreté n’a plus, dès lors, diminué…

Ce sont les progrès économiques qui permettent les progrès sociaux, pas le recours irresponsable à la dépense publique.

Écrit par : Villèle | 21/06/2007

Note: pour 1980 le déficit est positif: c'est +0,2%.

Écrit par : Villèle | 21/06/2007

@ Villèle,

Merci pour ton soutien, nous pourrions prendre contact, si tu le veux

Écrit par : Rémy | 21/06/2007

Les commentaires sont fermés.