Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/06/2007

La grandeur !

 
Une vision du bonapartisme : 

"Il ne peut exister qu'une seule définition exacte de chaque mot.

Partant de ce principe, et reprenant ainsi les propos des bonapartistes de l'entre-deux-guerres, nous pouvons affirmer qu'il est faux de dire que le bonapartisme est " l'attachement au gouvernement impérial fondé par Napoléon et à sa dynastie. ". Il y avait des bonapartistes avant l'An XII, proclamation de l'Empire, il y en aurait encore si la famille Bonaparte venait à s'éteindre.

Il faut au contraire s'en tenir fortement à la définition réelle, aux termes de laquelle le bonapartisme est le système, l'idée politique de Napoléon Bonaparte qui est l'Autorité dans la Démocratie, produit naturel du pénible effort de la Révolution française.

Les bonapartistes du XXIème siècle adhèrent ouvertement à la constitution de la Vème République. Il suffit de relire les trois premiers articles, originaux, de celle-ci pour comprendre cette adhésion.

  • Article 1: "la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion."
  • Article 2: "la langue de la République est le français."
  • Article 3: "la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum."

Mais cette adhésion ne fait pas rejeter par les bonapartistes la possibilité d'une restauration impériale en faveur d'un membre, uniquement, de la Famille Impériale. Cette restauration ne pouvant se faire que par le souhait du Peuple. Les bonapartistes dynastiques restent cependant marginaux, l'immense majorité s'apparentant à des bonapartiste républicains.

Le bonapartisme garde religieusement sa foi politique et son drapeau. Ce courant d'idée ne se laisse détourner de sa route par aucune suggestion, aucune calomnie. Il ne consentira ni concession, ni compromis sur ses piliers "historiques" :

On notera cependant que le bonapartisme ne saurait être réduit à un quatuor dogmatique. Ce qui fait sa force, c'est principalement son pragmatisme et sa dynamique : être bonapartiste, c'est aborder les problèmes d'une façon volontaire, c'est afficher un état d'esprit positif, actif et ambitieux. C'est la raison pour laquelle on établit volontiers une filiation avec le gaullisme."

 

Commentaires

Bonjour,

Il est pas mort, Bonaparte?

a+

Écrit par : bob | 02/07/2007

Les grands hommes comme Napoléon I et Napoléon III qui ont crées la France et l'Europe moderne, ne meurent jamais!

Écrit par : Bert de Jong | 05/07/2007

Les commentaires sont fermés.