Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/07/2007

Soutenir Sakozy c'est se battre pour la France !

 

Profession de foi de France Bonapartiste : 

UNE NOUVELLE FORCE POUR LA FRANCE !

Tout par le peuple!  Tout pour le peuple!

Etre bonapartiste au XXIème siècle

N'en déplaise à certaines personnes, l'héritage napoléonien ne se limite pas à l'épopée de la Grande Armée ou aux fêtes de Compiègne. Napoléon Ier ne nous a pas laissé simplement le Code Civil, la Légion d'Honneur, la Banque de France, les Lycées, etc…

Napoléon III ne s'est pas contenté de léguer à la France une économie prospère par la révolution industrielle et le développement des chemins de fer, l’intéressement des employés dans l’entreprise, les prémices de la protection sociale, l'enseignement supérieur ouvert aux jeunes filles, etc...

Les deux Empereurs ont laissé un héritage politique, le Bonapartisme, héritage qui n'a pas pris une ride et tourne autour des idées simples que sont la souveraineté, le progrès social et l'autorité. Le Bonapartisme est il mort en 1940 avec la dissolution par le Prince Napoléon de "l'Appel au Peuple"? Le Bonapartisme militant et engagé a t-il fait place à un "napoléonisme" mondain ayant tout oublié ? 

S'ils regardent de là où ils sont, les deux Empereurs doivent sourire et se dire que si la France ne leur a pas trouvé de remplaçant pour lancer le XXIème siècle, ils doivent aussi pleurer de voir que le monde napoléonien est divisé et a oublié le combat pour leurs idées. Le courage de se dire bonapartiste est-il une vertu qui se perd ?

La vérité est qu’il n’existe plus à ce jour un véritable grand mouvement Bonapartiste. Nombreux sont les Bonapartistes dispersés dans des partis, des associations, des "clubs" de gauche comme de droite ( UMP, MRC, FN, MPF, PS, etc… )!

Aujourd’hui, il appartient désormais à nous Bonapartistes de passer à une étape suivante. Il nous appartient de rassembler tous les Français qui croient en la Nation et au Progrès Social, de faire naître ce grand mouvement dont notre Nation a tant besoin.

Le bonapartisme aujourd'hui a un sens. Le bonapartisme n'est ni une attitude passéiste, ni la nostalgie d'un monde révolue. Il est le signe d'un engagement d'une extrême modernité dès l'instant que ce qui est en jeu, c'est la cohésion et l'avenir de la Nation. Si le Bonapartisme est né de la pensée d'un visionnaire isolé en pleine "déroute" de la Nation française, il peut renaître de la volonté d’un autre géant : le Peuple français !

Le bonapartisme défend des valeurs fortes sans pour autant s'enfermer dans un dogmatisme doctrinaire figé et passéiste. Le bonapartisme est tourné vers l'action politique, action qui alliée à la pensée permet de réagir en fonction des circonstances dans le seul intérêt de la France et des Français.

Faire de la politique, c'est travailler à faire adhérer les femmes et les hommes du pays à un projet, à une certaine idée de la France. La tache n'est pas aisée car si tout le monde se plaint, personne n'agit ! Ceux, qui veulent bouleverser ce cercle en empruntant les chemins du politiquement incorrect, sont cloués au pilori par la bien pensante classe politique mais aussi par les profiteurs de ce système. Il faut arrêter de les absoudre et proposer d'autres solutions.

Face au politiquement correct qui a envahi la classe politique, le monde napoléonien mais aussi la plupart des citoyens, les bonapartistes doivent avoir le courage de leurs opinions. Ils doivent recréer l'esprit, bousculer les normes, faire vibrer la jeunesse, réveiller ceux qui n'y croient plus, faire comprendre à ceux qui réclament sans cesse qu'ils ont aussi des devoirs. Il faut aussi avoir le courage de dire la vérité, d'expliquer où en est la France et où elle va.

A l'heure d'un nouveau siècle et d'un nouveau millénaire, les bonapartistes souhaitent une France vigoureuse et ambitieuse et qui sache que l'esprit bonapartiste et "bleu - blanc - rouge" n'est pas périmé, bien au contraire. Ce que veulent les bonapartistes, c'est une France grande et belle. Pour cela ils doivent crier leur vérité !

Le temps du sursaut est venu en France. Rassemblés et respectueux de leurs diversités, les bonapartistes doivent définir un cap politique pour les 20 ans qui viennent. Ils doivent s'atteler à la réconciliation pour fédérer largement autour d’une ambition forte pour notre pays.

Aussi, nous appelons à se mettre à l’œuvre les associations bonapartistes, les bonapartistes, "dynastiques" ou "républicains", isolés dont la fidélité aux idéaux prônés par les deux Empereurs n’a jamais été mise en cause, ceux enfin de nos compatriotes, jeunes et vieux, femmes et hommes, qui désirent bâtir un projet fort.

L’objectif est d’élaborer et de faire prévaloir un projet politique national se basant sur la Souveraineté Nationale et Populaire, sur le Progrès Social et l'Autorité. Dans ce combat, le bonapartisme ne peut trouver d'adversaires irréconciliables que dans les mouvements d'extrême droite, où l'on condamne les principes de la Révolution, aux relents racistes et antisémites, dans les mouvements d'extrême gauche anti nationaux et englués dans leur chimérique lutte des classes, enfin les mouvements qui répudient l'idée d'unité et d'indivisibilité de la Nation et sa souveraineté.

Mais attention, rejeter ces mouvements ne veut pas dire rejeter tous ceux qui s'y trouvent car parmi eux l'on peut trouver des bonapartistes qui s'ignorent ou qui se sont éloignés. Aux bonapartistes fidèles d'aller chercher ces "brebis égarées" là où elles se trouvent en sachant être persuasifs et attractifs. 

Les Bonapartistes prendront toutes leurs responsabilités dans l’effort de recomposition indispensable pour éviter le désastre. Nous ne cesserons de mettre en garde contre le replâtrage et la résignation. Nous appelons donc à la mobilisation très large autour de nos valeurs pour ensemble définir le programme d’avenir dont la France a besoin.

Le combat pour la France continue, restons mobilisés.

Tous ensemble, pour une nouvelle France dans une autre Europe !

Les commentaires sont fermés.