Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2008

François Baroin appelle à faire entendre une voix gaulliste, sociale et républicaine


La majorité a subi "une défaite sévère, je crois qu'il faut le dire, le souligner, en tirer les conséquences", a déclaré François Baroin sur Canal+.

Nicolas Sarkozy doit tirer les leçons de la "défaire sévère" de la majorité aux élections municipales, a estimé dimanche le député-maire UMP de Troyes François Baroin.

"Ce n'est pas un simple rééquilibrage par rapport à 2001", a-t-il estimé, en évoquant "dans les sites urbains, dans les zones urbaines les questions sur le pouvoir d'achat, les interrogations concernant les retraites".

"Des réponses par rapport à l'impatience suscitée au lendemain de l'élection présidentielle n'ont pas été apportées", a dit encore François Baroin.

"C'est normal, parce que l'action du président de la République c'est sur cinq ans et pas sur huit mois", qu'elle se juge, a-t-il toutefois ajouté.

Selon lui, "une série de causes" ont joué : "une ambiance nationale incertaine, peut-être également des choix incertains sur des candidats qui ont provoqué beaucoup de dissidence".

François Baroin a cité le cas de Reims où la guerre d'investiture entre les anciens ministres UMP Renaud Dutreil et Catherine Vautrin a fait basculer la ville à gauche.

Le conseiller politique de l'UMP a également estimé que ce parti n'avait pas encore "trouvé ses marques".

Il a appelé à faire "entendre une voix qui soit sur ses valeurs gaullistes, sociales, républicaines", pas une voix qui se "résume aux problèmes des Hauts-de-Seine".

Commentaires

Je suis de gauche et j'ai ne certaine sympathie pour François Baroin. En effet, je crois qu'il peut être le chef carismatique d'un courant gaulliste. Il me semble bien plus aisé de dialoguer avec vous pour faire avancer la France, qu'avec les sarkozystes qui la font régresser.

Écrit par : damien | 13/04/2008

Les commentaires sont fermés.