Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/05/2008

Défense de la Vème République

le 4 septembre 1958, le général de Gaulle présente, place de la République à Paris, le projet de nouvelle Constitution

«Cette Constitution forme un tout et c'est pourquoi toute modification, sous prétexte de toilettage, ne peut que préoccuper ceux qui souhaiteraient que la France soit gouvernée.» écrivait Michel Debré.

Cet avertissement est d'une grande actualité alors q'une nouvelle modification de notre Constitution est en cours.

La Constitution de 1958 dont nous célébrons cette année le cinquantième anniversaire a donné à la France ce qui lui manquait depuis des décennies : une exceptionnelle solidité institutionnelle, une remarquable capacité d'adaptation. Depuis 1958, notre Constitution nous a permis de surmonter toutes les crises, d'affronter toutes les situations politiques.

"À ceux qui aujourd'hui, par ignorance ou par calcul, voudraient ébranler cet édifice, je dis : mesurez toute l'irresponsabilité qu'il y aurait à brader ce qu'il y a de plus solide dans nos institutions. " déclarait Jacques Chirac en 2006

Jamais la Constitution de la Cinquième République ne fut un obstacle à la modernisation de la France : depuis 1958, c'est elle qui la rend possible, face aux conservatismes et face aux extrémismes.

Nous devons aujourd'hui réaffirmer ces principes essentiels. La réforme actuelle n'est pas nécessaire, elle est même dangereuse.

La venue du président de la République devant le Parlement risquera d'affaiblir et de diminuer la fonction présidentielle. Quelle sera l'image de la France, quel sera le prestige du Président de tous les français, si le Chef de l'Etat se fait huer par l'opposition ?

La limitation du 49-3, réduira les prérogatives du gouvernement, devons-nous rappeler que la dissuasion en 1966 a été votée grâce à cet article ?

Les exemples ne manquent pas pour justifier l'inutilité de cette réforme institutionnelle dont une partie essentielle relève des domaines réglementaires ou législatifs.

Défendons ensemble notre Constitution.

Inscrivez-vous sur Fecebook, rejoignez ce groupe pour la défense de la Vème République :

http://www.facebook.com/group.php?gid=13330319649

et ce groupe pour le Rassemblement de tous les gaullistes, le premier groupe gaulliste sur Facebook :

http://www.facebook.com/group.php?gid=11782898439&ref...

Commentaires

Bonjour, je suis étudiant à Sciences Po Lille en 2ème année (bientot à l'étranger!) et jeune gaulliste avant tout.
Tous derrière Dominique de Villepin et le courant villepiniste de l'UMP!

Écrit par : Antoine Foissey | 22/05/2008

France Bonapartiste adhère ouvertement aux principes de la constitution de la Vème République avant les modifications des 20 dernières années. Il suffit de lire les trois premiers articles originaux de celle-ci pour comprendre cette adhésion.



Article 1: "la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion."

Article 2: "la langue de la République est le français."

Article 3: "la souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum."



Mais cette adhésion ne fait pas rejeter par France Bonapartiste la possibilité d'une restauration impériale en faveur d'un membre, uniquement, de la Famille Impériale.



Si nous sommes républicains c’est parce que le régime républicain nous parait, actuellement, le meilleur terrain de réalisation des principes bonapartistes. Mais aussi parce que la majorité du peuple français est fermement attachée à la forme républicaine du gouvernement. Seul le Peuple souverain a le droit de se prononcer sur le régime qu’il veut se donner.



Fidèle donc à la République, nous le sommes aussi et encore plus à la Démocratie. Les bonapartistes ne se rangent pas parmi les apologistes du passé qui rêvent de l’abolition de la souveraineté populaire. Nous sommes démocrates parce que le pouvoir exercé pour le peuple doit être contrôlé et surveillé par le peuple.



Vouloir établir un nouvel ordre des choses avec une pseudo VIème République, vulgaire copié-collé de la IVème, supprimant l’élection du président de la république au suffrage universel, revenant à un parlementarisme, celui la même qui aurait sans doute ratifié la Constitution Européenne, faisant le jeu des partis délibérant au hasard des passions voir de certains égoïsmes, serait une atteinte inconcevable à la démocratie.

France Bonapartiste s'oppose donc aux modifications actuelles de la Constitution, celles-ci portant en elles les germes de la dislocation de la souveraineté populaire mais aussi de la cohésion de la Nationale. Nous nous opposerons à toutes modifications amenant à l'atteinte de notre principe : "Tout pour et par le Peuple" !

Écrit par : David Saforcada | 10/06/2008

C'est "moderniser" la France que de créer avec MAM un logiciel de police EDVIGE pour ficher les homosexuels et les séropositifs ( en particulier ) contre l'avis défavorable de la CNIL ?
Personnellement ça me fait plutôt penser à la France des années 40 ...

Écrit par : Têtuniçois | 27/07/2008

Les commentaires sont fermés.