Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2013

Rester en France ou quitter la France, peu importe, il faut servir la France !

Réponse à Clara G et au journal Le Point.

Mademoiselle,

Dans le Point du 2 mai dernier, Pierre-Antoine Delhommais, vous donne la parole, vous souhaitez vous expatrier et quitter la France qui se « rabougrit, se fige, se crispe, s'aigrit à toute vitesse ».

Mademoiselle, vous vous trompez, la France ne doit pas être accablée, son gouvernement non plus. Si la France est dans cette situation, Hollande n’en est pas le seul responsable. La situation de la France est le résultat de 30 ans de politiques confuses et inefficaces, discernant mal les faiblesses réelles de la France et refusant de soutenir les atouts dont nous disposons, et qui sont nombreux !

Des champions économiques mondiaux, une agriculture puissante, la deuxième zone économique exclusive du monde, une démographie croissante : la France sera la plus grande puissance d’Europe en 2050, une langue superbe, dont le nombre des locuteurs, en Afrique, ne fait qu’augmenter, la deuxième diplomatie et la deuxième armée du monde.

La France vit une période difficile, elle en a déjà vécu de nombreuses, en 1420, elle n’avait plus de roi et était envahie par l’Angleterre ; en 1815, elle était isolée face à une Europe coalisée contre elle ; en 1940, elle était effacée par les nazis. Mais à chaque fois la France et son peuple ont repris leur destin en main.

Plus que tout, nous avons besoin de patriotisme. Et tous les fautifs sont ceux qui dénoncent la France, et vous en êtes un exemple. Votre lettre est inutile, car elle entretient la dépression dans laquelle la France se trouve et dont il faut sortir.

Le principal problème de la France c’est celui de son commerce extérieur, la France a un déficit commercial de 80 milliards d’euros, elle importe plus qu’elle n’exporte. Ces 80 milliards de dollars ce sont le nombre des chômeurs qui s’accroit, notre dette qui enfle, notre souveraineté qui s’affaiblit.

Face à ce constat, quelle est la solution ? Produire en France et exporter !

Oui le gouvernement ne fait pas assez pour soutenir les producteurs et les créateurs de richesse et d’emplois. L’impôt s’alourdit, les démarches administratives freinent les affaires, l’euro fort empêche nos industries de moyenne gamme d’exporter, nos banques ne soutiennent pas suffisamment nos petites et moyennes entreprises. Notre innovation est affaiblie par le manque de dialogue entre le monde de la recherche et les entreprises.

Des solutions existent, il suffit de les développer : les pôles de compétitivité, des investissements massifs (dans la défense, les universités, la santé, le numérique, la mer, les nouvelles technologies,…) la diminution des charges sociales et patronales, une vraie politique de change européenne, une stratégie de relance européenne, une vraie réforme bancaire au service des entrepreneurs. Bref une ambition nationale !

Je crois que sur ces impératifs il est possible de rassembler les Français et leurs élites, c’est la condition du sursaut de la France.

Il faut aimer la France ! On peut évidemment la quitter, j’ai 23 ans, je l’ai quitté deux ans déjà, dans le cadre de mes études et je m’apprête à la quitter pour deux ans encore. Le pays où je m’installe a établi une relation économique solide avec la France, il exporte 3 milliards d’euros vers la France alors que nous n’exportons que 200 millions d’euros, le déficit commercial avec ce pays est ainsi de 2,8 milliards. Les exemples de tels déséquilibres sont légions, en particulier avec tous les pays émergents.

Servir la France, en France ou ailleurs, c’est faire en sorte que ce déficit commercial diminue. Il s’agit de davantage créer en France pour mieux exporter dans le monde entier.

Dans deux mois je quitte la France, mais je sais que là où je serai, je la servirai !

Jeunes Français, en France ou ailleurs, créer en France et développer nos créations à l’étranger, voilà notre ambition !

Les commentaires sont fermés.